J’ai la Starbucks Attitioude …

Ce matin, je prends le train direction Besançon Viotte. Ne me demandez pas pourquoi mais « Viotte », c’est le nom de la gare de Besançon. Comme je suis en avance à la gare de Lyon, je vais chez Starbucks.

Starbucks c’est une enseigne très particulière avec ses codes, ses habitudes, ses rituels dont on aimerait rencontrer l’esprit tortueux qui les a imaginés. Par exemple, il y a toujours une file d’attente monstrueuse. Mais cette file n’est pas perpendiculaire au comptoir comme au Mac Do, au Quick ou tout autre échoppe qui présente plusieurs caisses. Non non, chez Starbucks, la file est parallèle au comptoir. Comme ça … bein … c’est le gros bazar en tête de file car il faut comprendre que vous devez passer devant la personne qui est devant vous pour aller à la seconde caisse… va comprendre …

Mieux, chez Starbucks, on vous demande votre … prénom ! si si, je vous assure, c’est pour écrire sur votre gobelet. Comme ça, quand vous arrivez en caisse, la caissière vous demande « vous êtes Veurdgill ? » oui parce que chez Starbucks, la caissière met l’accent. Alors je lui réponds « non, je ne suis pas Virgil » !  « Alors vous êtes Denise ? ». Moi « Heuuuuuu non plus ! ». « Fabien ? » « ouiiiiiii c’est cela ! »

Mais le top, c’est quand même le moment du passage de commande. La première fois que je suis allé chez Starbucks, le serveur qui prend la commande… je devrais presque dire, le serveur qui remonte la file. Hé oui, comme la file d’attente est monstrueuse, le serveur prend votre commande et prépare votre boisson pendant que vous patientez pour payer. Malin l’gars, car comme ça, la commande est prise, vous ne risquez plus d’abandonner la file d’attente et sortir du magasin sans acheter ! Ce que je fais régulièrement chez Mac Do quand mon horloge biologique m’indique que ça fait 5 minutes que j’attends et que je suis toujours dans la file d’attente. Oui, au-delà de 5 minutes, mon horloge biologique indique à mes neurones que le temps atteint la mesure étalon de la file d’attente du prototype de l’échoppe de l’ère communiste et là … tout s’enchaîne …

Mac DO = file d’attente = archétype du système communiste = … Mélanchon

Oui, je ne sais pas pourquoi mais voilà 2 fois que je me réfère à Mélanchon dans mes posts. Il va falloir que j’étudie cela de plus près.

Bref, la 1ère fois, je demande tout bêtement « un café » et je n’oublie pas le « s’il vous plait ». Hé oui, je suis bien éduqué. Mais, là c’est la surprise. Le serveur me demande « un expresso, un laté, un américano, un irish, … ? »

Moi : « heuuu un café quoi … vous savez la boisson chaude toute noire ».

Le serveur « oui mais quel type de café ? »

Moi : je regarde la carte affichée derrière lui et effectivement je découvre que la liste est très longue. Je m’arrête donc sur « Américano ». Je joue le rôle du mec sûr de lui mais je ne sais pas du tout ce que veut dire « Américano » pour un café !

Lui : « tall, grande, venti ? »

Moi : « What ? » oui, moi aussi je sais parler anglais M….. commence à me chauffer le serveur

Lui : « quel taille votre café ? Petit, moyen, grand ? » Là, je comprends que je n’ai pas intégré les codes du starbucks et que je viens de me faire repérer. Le serveur a compris, je suis Le has been du jour, le client venu de sa banlieue qui ne maîtrise pas la Starbucks attitude !

Bref, ça va durer comme ça pendant au moins 20 à 30 relances du serveur. Il va me demander des tas et des tas de précisions sur mon café, puis va tenter de me refourguer un truc à manger. « Et avec votre boisson chaude, je vous mets un brownie, un cookie, un muffin, un swoutie, un smoothie, un trumbletie, un groumphie, un c’quetuveux-tie ? ».

Moi « non merci ».

Le serveur « alors peut être un pain perdu, une briochette, un club sandwich, une salade de fruit, 2 pancakes ? »

Moi « non merci »

Le serveur « alors je peux vous proposer également un bagel, un bretzel, une omelette, une raclette, une choucroute, une côte de bœuf ? »

Moi « non … merci »

Le serveur : il me suit, me poursuit, ne me lâche plus. Les autres clients dans la file d’attente regardent médusés notre conversation. Là c’est sûr, il tient le client has been du matin, certainement son premier de la journée, il ne me lâchera plus ! « alors éventuellement un bœuf bacon, un sanglier fromage, un cuisseau de kangourou olive, une tête d’éléphant sauce gribiche, un cachalot moutarde ? »

Moi « NOOOOOOOOooooooooooon je ne veux rien d’autre que mon café ! »

Je vois son sourire narquois sur son visage. Il est fier de son geste. Il prend un gobelet, son marqueur indélébile et me demande « votre prénom s’il vous plait ». Moi, discrètement pour que les autres clients n’entendent pas : « Fabien ».

Lui « Comment ? ».

Moi « FABIEN ! ».

Lui, tout en gribouillant mon gobelet « très bien … fabien, je vous prépare votre café de la semaine en tall ».

Relisez bien cette dernière phrase car c’est la clé du code. En effet, désormais, je saurai passer une commande au starbucks sans passer pour le client has been. Je comprends que je viens de réussir mon bizutage. Je suis maintenant admis dans la grande famille des clients starbucks … autrement dit, je maîtrise la « Starbucks attitioude« .

LPP_0002_StarBuck

Donc ce matin, quand la serveuse est venue au-devant de moi, dans la file d’attente, j’ai passé ma commande en disant « Un tall semaine … s’il vous plait ». Et là … magique ! La serveuse me sourit et ne me pose aucune autre question ! J’ai utilisé le bon code.

Par contre, les touristes chinois derrière moi, visiblement, ne connaissent pas Starbucks. Bonne chaaaaaaaaaaaance…. chers touristes chinois car en français c’est franchement pas simple ce bizutage. Mais imaginez en anglais de comptoir baragouiné par une serveuse qui a fait BTS option vente espagnol 1ère langue et cursus belge flamand avec des chinois qui maîtrisent l’anglais comme moi la théorie des ondes migratoires des exo-planètes qui rencontrent le bizon de X dans le trou noir … on est pas arrivés 

Bon, pour résumer, si vous entrez dans un Starbucks pour boire un café filtre, c’est bon, vous avez la technique. Maintenant, si vous demandez autre chose … là, c’est à vos risques et périls.

Mais peut être pouvez-vous partager ici votre petite phrase de commande de chez Starbucks … comme ça, en partageant notre connaissance, on finira par savoir tout commander. Parce que moi, je n’ose même pas m’aventurer sur une autre commande. Du coup, chez Starbucks je ne bois que du café filtre en tall. Je ne saurais même pas commander une bouteille de Vittel, c’est dire 😉

Le texte de cet article en audiodescription pour les personnes … qui veulent pô lire 😉

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s