Mémoires d’un parisien sous l’occupation Cégétiste …

Heuuu là … je crois que je me suis lâché … et c’est pire sur l’enregistrement … avec un bonus à la fin comme sur les DVD 😉

C’est jeudi, comme chaque jour, je me suis levé tôt. Hé oui, je fait partie de la France qui se lève tôt. J’arrive à la gare SNCF de Villiers sur Marne. Hier, comme des millions de français, de parisiens, j’ai fait la queue devant le panneau d’affichage de la gare de Rosa Parks. Après plusieurs heures d’attente, j’ai pu accéder à mon tour à cette affiche de 21 cm de large pour 29,7 cm de haut sur laquelle on trouve les milliers d’heures de passage des RER dans chaque gare … imprimé en caractère Times New Roman taille …2 ! Le RER E de 6h34 au départ de la gare de Villiers sur Marne est bien inscrit.

Hé oui, il faut dire que depuis plusieurs semaines, nous sommes en guerre. C’est l’occupation. L’armée cégétiste a profité d’une faille dans la sécurité de notre pays pour entrer dans la capitale. Sans trop d’innovation et de stratégie militaire avant-gardiste, les cégétistes ont pénétré les parisiens comme Ulysse les troyens. Cachés dans des estafettes blanches bariolées de rouge et de faucilles, derrière de gros barbecues géants faisant rôtir des merguez frites, brandissant des drapeaux rouge, hurlant des slogans péremptoires dans des crachoirs électriques, ils se sont fait passer pour une manif hostile aux changements d’horaires à la SNCF. Une manif somme toute classique pour les cégétistes que le parisien connaît bien … oui, il faut dire que le cégétiste est un révolté dans l’âme, il manife quand ça change parce qu’il veut que ça ne change pas et il manife quand ça ne change pas parce qu’il veut que ça change … le parisien est habitué.

Mais là, c’était plus fort. Les cégétistes ont profité de la manif pour investir Paris comme Ulysse Troie. Et c’est place de la république qu’ils ont posé leurs estafettes polluantes, leurs barbecues merguez odorantes, leurs drapeaux criards, leurs porte-voix électrisants et leurs haut-parleurs nasillards. Ils se sont alors découverts et présentés sous leur vrai jour : les nuits debout ! un mouvement a-politique comme ils aiment à se présenter mais quand même vachement ultra à gauche et pas très tolérant pour celles et ceux qui ne partagent pas leur envie de tout casser façon « grand soir ».

Bref, voilà donc plusieurs semaines que nous vivons sous l’occupation cégétiste. De gréve en gréve, de manif en manif, de caillassage en caillassage, de bris de vitrine en bris de vitrine etc … nous vivons au grès des trains supprimés, des horaires au bon vouloir des cégétistes, des stations de métro fermées, des cordons de CRS et des tracts jetés sur la chaussée.

La pénurie commence à se faire sentir. Les files d’attente augmentent aux caisses des supermarchés … à coup sûr nous aurons bientôt des tickets de rationnement. Il n’y a déjà plus de Choco Pops dans mon Simply Market. C’est dire si l’apocalypse est proche.

Mais revenons à notre jeudi matin. Il est tôt disais-je. J’arrive à la gare de Villiers sur Marne pour prendre mon RER E de 6h34. En arrivant, je regarde le prompteur : mon train n’apparaît pas dans la liste ! Hé oui, la ligue cégétiste mouvance révolutionnaire a frappé dans la nuit. Malgré le « 6h34 » affiché en taille de caractère 2 sur l’affiche officielle de la SNCF, les militants du jusqu’au boutisme intégral ont vraisemblablement capturé le mécano, fou à leurs yeux, qui avait accepté de conduire le train de 6h34. Le RER E de 6h34 ne sifflera pas 3 fois, je devrai prendre le suivant … quand ? … personne ne le sait. Les affichages en gare sont devenus très erratiques depuis l’invasion.

J’attends sur le quai un hypothétique train qui aurait réussi à braver la surveillance des cégétistes hystériques. Après environ 4 heures d’attente, un train se profile à l’horizon. Quelle est sa destination ? Personne ne le sait. Le panneau d’affichage en gare indique « Bernichoux le haut ». Oui le « panneau d’affichage en gare » c’est le nom officiel donné par la SNCF à la télé qui affiche un fond bleu et des messages écrit en blanc pour donner la destination des trains. Et en bas de l’écran, un bandeau orange quand ça va bien et rouge quand ça va pas. Autant dire qu’il est souvent rouge depuis l’occupation. Et il est écrit dans ce bandeau rouge : « En raison d’un mouvement social, vos trains peuvent être retardés ou supprimés. Veuillez consulter les affiches en gare pour connaître les trains qui circulent ». Vous savez … l’affiche en gare, c’est celle qui indiquait mon 6h34 … cappitchi ?

Le train s’arrête à quai. Peut importe sa destination, de toute façon, à coup sûr, il ira ailleurs. Les portes s’ouvrent et … une marée humaine se déverse sur le quai. Hé oui, un seul train depuis plusieurs heures, ça fait un grand nombre de voyageurs à transporter. Ces pauvres usagers des transports en commun étaient contenus dans le wagon grâce aux portes mais en ouvrant les portes … les pauvres sont poussés vers l’extérieur. C’est un peu comme un Coca que vous agitez avant d’ouvrir …. Pchiiiiiiiiiiittttt la pression à l’intérieur est telle que le Coca est expulsé quand on ouvre.

Bon, il va falloir re-bourrer tout le monde dans le train et en plus faire entrer ceux qui attendent à Villiers sur Marne dont je fait partie. Heureusement un consultant Cap Gémini, qui a fait sciences Po et l’ENA était de la partie. Hé oui, il se rendait à son travail sans sa voiture depuis que le blocage des raffineries à totalement vidé les stations services. Il prend les choses en main en grand humaniste du service public : « Mesdames, messieurs,  nous sommes environ 3847 à devoir entrer dans cette voiture prévu pour 250 personnes maximum … il nous faut donc concevoir une autre façon de voir les choses. Heureusement, j’ai été formé à l’école de la république pour optimiser la ressource et la dépense des services de l’état. J’ai fait une matrice SWOT, estimé la charge, concentré le pitch et graphé sur ce white bord le draft de notre organisation. La solution est évidente : debout nous n’occupons pas tout l’espace. Nous allons nous allonger, faire des couches jusqu’au plafond de la voiture. Mesdames et messieurs les plus forts se mettront tout en bas et plus les couches monteront, plus les hommes et les femmes les plus légers entreront … ha oui, aussi, d’une couche à l’autre, les femmes à forte poitrines se mettront têtes bêches pour occuper un minimum d’espace … un peu comme au tétris si vous voyez ce que je veux dire … et voilà, ainsi l’espace sera optimisé et nous pourrons tous entrer dans la voiture !« 

Bon, vu ma taille, j’allais me retrouver tout en haut de l’empilement humain. Mis à part le fait que j’allais respirer les toiles d’araignées du plafond, je ne m’en sortais pas trop mal. Mais j’ai quand même fait cette remarque à notre consultant Cap Gemini : « dites, sans vouloir paraître un brin tatillon … vous ne pensez pas que celui qui se trouve tout en dessous risque de … suffoquer …« . Il me regarde d’un air interloqué et me rétorque « Mais pas du tout, regardez le Gant et le QQOQCP, ils sont sans appels … hé … je l’ai ai appris à l’ENA et approuvé dans mon stage chez Nestlé … alors vous voyez !« . Moi « hum … oui, pour optimiser l’empilement des boîtes de conserve … mais vous devez avoir raison puisque vous avez fait l’ENA et moi pas … allons-y« 

Et voilà comment 3847 usagers du RER E sont entrés dans une seule voiture. Faut reconnaître qu’il était pas bête notre consultant Cap Gémini car rangé de la sorte, quand les portes se sont ouvertes à Val de Fontenay, personne n’a été expulsé vers l’extérieur. Bon, on a bien entendu quelques gémissements du type « Haaaaaa je suis écrasé …. je veux sortir ….. pffffff ». Par contre aucun voyageur de Val de Fontenay n’a pu entrer dans la voiture et à voir leur yeux ahuris, je ne suis pas certains qu’ils aient eu envie de partager notre vision de l’optimisation du service public ferroviaire.

Bref, notre train qui aurait du aller jusqu’à Haussmann Saint Lazare s’est finalement arrêté à Magenta. Bein oui, avec le retard qu’il avait pris à Villiers et tout au long de son parcours, il n’allait quand même pas aller jusqu’à sa destination. Nos révolutionnaires cégétistes ont envahi le centre de contrôle de la SNCF et ont obligé notre train à stopper sa route à Magenta. Les portes s’ouvrent, le rang du haut s’échappe de la voiture comme il peut. Je saute sur le quai et marche vers les escalators. Je me retourne et regarde par dessus mon épaule. Quelques personnes sortent de la voiture mais toutes les autres ne bougent plus … pendant ce temps, les hauts parleurs de la gare annoncent un arrêt total du trafic sur le RER E à cause d’un « malaise voyageurs ». Le programme d’optimisation du remplissage des voitures par le consultant Cap Gémini pourrait-il avoir un lien avec cet effet collatéral ? Hum … ça m’étonnerait beaucoup, il a fait l’ENA tout de même et puis … son ROI nous le prouvera …

Je devais prendre le métro ligne 5 mais depuis l’invasion, la ligne est stoppée. Elle passe par République, trop dangereux pour les usagers du métro depuis que les cégétistes ont envahi la place. Bref, je remonte en surface et rejoins, à pied, mon bureau. Il n’y a plus d’autres moyens de transport depuis que les cégétistes ont pris en otage les tram, les bus et les métro de la RATP. J’en ai pour plusieurs heures de marche mais je n’ai pas d’autres solutions, nous sommes sous l’occupation, ne l’oublions pas.

A peine sorti de la gare du Nord, je tombe sur un groupe de manifestants. Ils sont 258 000 selon leur propre décompte et 12 selon les 3 policiers présents sur place pour les contenir. Le plus grand hurle dans son porte voix « salaud de gouvernement, salaud de patron !« . Je m’approche du porte drapeau et lui demande « c’est quoi vos revendications du jour ?« . Oui, depuis l’invasion, il nous faut nous renseigner sur les motifs du jour car de ces motifs dépend l’itinéraire à prendre.

Il me répond « vous voulez le vrai ou celui pour les journalistes ?« .

Moi : « Le vrai évidemment, le coup de la loi travail, c’est bon plus personne n’y croit, c’est un secret totalement éventé« .

Il me répond « hier des céhéfdétistes ont réussi à reprendre le 19ieme arrondissement alors on va charger par Belleville avec la coalition héfeau et même un peu de sudistes gauchistes en vilipendant la loi travail bien sûr« .

Hum, ça ne m’arrange pas. Je vais devoir passer par la place d’Italie, ça va me rallonger. Le plus grand continue de cracher dans son porte voix nasillard « La loi travail ne passera pas, on aura sa peau, salaud de gouvernement« 

J’ose un : « dites … le gouvernement a fait un pas en avant hier, non ? vous ne pensez pas que« .

Il m’interrompt « quoi ? vous être pro gouvernement ? » avec son regard lubrique et son teint rougeâtre pigmenté au tanin de Léon Millot.

Moi : « Ho non … s…sssalau.. de gouvvv….ernement » dis-je … « c’était juste que … enfin, je me disais … puisque le Gouv … enfin … ils ont retiré l’article« 

Il m’interrompt : « C’est bon, de toute façon nous on s’en fou, on la même pas lu la loi travail. On n’est pas d’accord, et pis c’est tout ! OK ? t’as compris … nous on veut juste se foutre sur la gueule avec ces salauds de traîtres de céhéfdétistes … allez dégage avant que je te dénonce aux camarades« .

Je file car une dénonciation « aux camarades » ça veut dire qu’il te choppent à plusieurs, qu’ils te fond monter de force dans l’estafette et tu te retrouves ligoté avec un casque sur les oreilles qui te débite l’anthologie des discours d’Arlette Laguiller. J’ai un collègue qui s’est fait chopé la semaine dernière. Il fanfaronnait en disant que personne ne pourrait lui enlever ses idées très à la droite de la droite (mais pas jusqu’à LePen quand même c’est trop sale), très libérales, bien protégé qu’il était par son adhésion au fan club de Bruno Lemaire. Hé bein le mec, aujourd’hui il arrive au bureau en jogging, sandales ajourées mephisto, bob Ricard, un drapeau rouge marteau/faucille dans une main et porte voix dans l’autre : « on me spolie les crocs de bouchers des patrons » qu’il hurle en boucle dans son porte voix, le regard perdu comme s’il cherchait des araignées au plafond …. Fiouuuuu ça fou la trouille. La radicalisation des djihadistes à côté c’est le monde des bisounours.

Bon, c’est pas tout ça mais je dois rejoindre mon bureau. Je remonte la rue Daumesnil, je croise un groupe de manifestants cégétistes fortement encadré par 4 policiers de la BAC « salaud de gouvernement, on aura ta peau » scande le porte voix accompagné par un immense haut parleur qui diffuse « l’internationale » en techtronic remixé par David Guetta … hé oui, personne ne sait à ce jour si le DJ s’est fait choppé par les cégétistes dans l’estafette ou bien s’il inaugure le mouvement de collaborationnistes avec l’envahisseur … l’histoire nous le dira.

Toujours est-il que son dernier titre « Beyoncé loves butcher hooks » fait un carton sur Radio CC. Radio CC c’est la seule radio qu’il nous reste depuis l’occupation. Radio CoCo c’est la radio émancipatrice du peuple qui nous libère de la dictature du capital en nous diffusant une information vraie à travers la sage parole d’un grand philosophe : chaque jour, un des 3 grands philosophes officiels est choisi et un de ses discours est retransmis 14 fois puis Jean-Luc Melanchon le commente en expliquant que l’on peut aujourd’hui aller encore plus loin. Hier c’était le discours d’André Lajoinie et avant hier celui de Robert Hue alors aujourd’hui c’est celui de George Marchais. Bon … j’ai toujours pas compris pourquoi Elkabbach pose ses questions et George Marchais répond à autre chose. Mais c’est sûrement parce que j’ai pas fait l’ENA ….

Bref, arrivé à l’angle de la rue PicPus, je suis interpellé par un parisien qui me demande : « hé camarade ! tu viens ce soir, à Répu’ pour le débat citoyen ? »

Moi : « bein … non, pourquoi ?« 

Lui : « parce que c’est un thème hyper méga important pour notre avenir de peuple libre. On va voter pour ou contre la proposition méga intelligente d’un type totalement a-politique mais vachement encarté à la fédération anarchiste tu vois. Comme tout le monde se bat sur l’âge de la retraite alors lui, il propose que chaque citoyen décide lui-même de la date à laquelle il souhaite partir en retraite. Et aussi que chacun puisse décider du montant de la pension qu’il souhaite toucher !« 

Moi : « heuuu bein … je vais vous laisser débattre … hein ! Je ne suis pas certain de pouvoir faire avancer la proposition plus loin … hum hum. » et j’ajoute « heuuuuu dis ? Ton pote … totalement a-politique mais vachement à gauche quand même … il aurait pas fait l’ENA ? …  » il m’a regardé bizarrement … forcément il avait pas connaissance de mon aventure avec le consultant Cap Gémini.

Après 5h de marche, je suis enfin arrivé au bureau. Enfin pas tout à fait. Je suis arrivé devant le bureau. Hé oui parce que les cégétistes étaient devant notre bâtiment. Si j’ai bien compris le meneur qui s’époumonait dans le crachoir électrique, nous sommes des « salauds de fonctionnaires aux ordres du salaud de gouvernement« . Alors pour montrer leur détermination à renverser le monde, ils ont tout tagué le trottoir et la façade du bâtiment, avec des messages super méga hostiles genre « Salaud de gouvernement » ou encore … heuuuu … aussi « salaud de gouvernement« .

Et comme ils sont cégétistes de chez Peugeot, c’est écrit avec de la peinture de voiture. Comme ça, ça coûtera bonbon à faire nettoyer … et le bonbon sera payé avec l’argent de l’état … donc mon argent de contribuable … ouaip … « salaud de gouvernement » !

Bon, vu les 80 000 cégétistes présents (ou 14 selon la police) et les 200 CRS, je comprends que je ne parviendrai jamais à rentrer dans le bâtiment. Pis de toute façon, je suis parti à 6h15 ce matin et il est déjà 18h00 … je vais faire demi-tour. Avec un peu de chance, en faisant du stop je rentrerai plus vite chez moi qu’en transport en commun qui ne circule plus. Ha non ! j’ai oublié! comme ils ont aussi bloqué les raffineries … il n’y a plus de voiture qui roule …

Bon … je vais marcher, parait que c’est bon pour la santé. En moi, je refaisais les comptes : 258 000 à gare du nord, 595 000 à Daumesnil et 80 000 à la porte des Lilas, ça fait 933 000 manifestants et … heuuu …. 12 au nord, 9 à Daumesnil et 14 au lilas, donc 35 selon la police 😉

35 têtes de bois qui font chi……… 60 millions de français … comment une minorité peut elle être aussi bruyante et bloquer, dans une perspective passéiste de 1936, la majorité qui veut avancer …

Ha oui … j’oubliais, c’est pas parce qu’on bosse dans le service public qu’on est fonctionnaire. Moi j’ai un contrat de travail de droit privé … comme le cégétiste de chez Peugeot !

 

Le texte de cet article en audiodescription pour les personnes … qui veulent pô lire 😉

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s