Il faut sauver le soldat fifi ;-)

Une petite annonce, rubrique « Offre d’emploi », repérée sur le bon coin :

20170208_annoncepe_fillon_lbc

20170208_annoncepe_fillon_lbc

Toute ressemblance, ou similitude avec des personnages et des faits existants ou ayant existé, ne saurait être que coïncidence fortuite …

Désolé, je crois que je me suis lâché 😉

Vu de l’étranger :

http://www.lexpress.fr/actualite/medias/francois-fillon-dans-le-caniveau-pour-la-presse-etrangere_1877181.html

http://www.courrierinternational.com/article/interview-au-danemark-fillon-serait-cuit-depuis-longtemps

http://www.huffingtonpost.fr/2017/02/10/fillon-serait-il-encore-candidat-au-canada-en-suede-ou-en-allem/

Métiers en tension … sion, sion

Vous avez certainement entendu parler des métiers en tension. Non, non, ce ne sont pas les ouvriers qui fabriquent les élastiques qui entourent les paquets de lettres de mon facteur ; ni même les koutchouques extensibles pour faire du saut à l’élastique au dessus des gorges du Verdon.

Non, non, rien de tout cela. En fait, souvenez-vous. C’était en 2003. Le ministre du travail de l’époque s’appelait … François Fillion. Et il était interviewé sur France Inter. Pour lui, il y avait en France, à cette époque, 100 000 emplois non pourvus ! En clair, les entreprises peinaient à recruter alors même que les fichiers de l’ANPE – hé oui, en 2003, Pôle emploi n’existait pas encore – étaient plein à craquer. Alors il s’est pris à rêver que l’arithmétique suffirait. 2 millions de chômeurs et 100 000 emplois non pourvus : c’est pourtant simple de mettre 100 000 demandeurs d’emploi sur ces postes … fichtre diantre !

On allait donc créer l’O-R-E : l’offre raisonnable d’emploi. Et il allait voir ce qu’il allait voir … non de diou ! Comment on allait mater ces fainéants de chômeur qui ne veulent pas aller bosser. Tu refuses ma ch’tite offre raisonnable d’emploi ? PAF, je te radie et j’te sucre tes alloc … non mais sans blague …

Bein oui, seulement voilà, cette méthode s’appelle … l’A-Dé-Qua-Tio-Nnisme et l’adéquationnisme … ça ne marche pas, tout le monde le sait !

Bon, en 2017, soit 14 ans plus tard, et après être passé par toutes les estimations les plus folles les unes que les autres, 300 000 par ci, 200 000 par là et hop 500 000 pour les plus forts en gueule … bref, plus personne ne croit en cette histoire d’emploi non pourvus. Les dynamiques du marché du travail sont bien plus complexes que cette explication simpliste.

Mais là n’est pas l’objet de mon propos. Si non ce serait trop simple.

Voyez-vous, je me suis dit … oui, parce que je me parle souvent … donc je me demandais : « recruter une personne est donc si difficile aujourd’hui qu’on soit obligé de recruter … sa femme ou même … ses enfants pas encore diplômés ? »

Bon, mettons-nous dans la peau du recruteur et recherchons un plombier … non … un électricien … heuu non … disons … un assistant … oui c’est cela, un assistant … parlementaire. Oui, ça c’est très bien car c’est compliqué et les CV ne doivent pas être nombreux. Donc, un métier en tension.

Bon, ok allons-y : direction le site internet de Pôle emploi. On lance une recherche sur le thème parlementaire. Ha oui, on va mettre pour le lieu « Paris ». Bein oui l’Assemblée Nationale est à Paris quand même. Résultat :

20170204_parlementaireparis

Ouf ! A oui, quand même … 1207 CV … 1207 demandeurs d’emploi répondent aux compétences d’assistant parlementaire sur Paris (recherche effectuée le dimanche 4 février 2017). Je serais prêt à parier qu’il y a beaucoup de jeunes sur-diplômés issus des quartiers défavorisés de la région parisienne. Et là, je me dis que je pourrais recruter un petit jeune, ou une petite jeune, qui a besoin d’un p’tit coup de main dans la vie. En tant que député, mon rôle c’est aussi d’aider les français que je représente. Si je recrute l’un de ces 1207 CV, je vais aider une personne qui est certainement dans la galère … je vais faire une bonne action.

Ha oui, mais bon, c’est trop facile. Oui, bien sûr, à Paris, il y a beaucoup de monde. Disons alors que le recruteur est dans sa circonscription, un peu au bout du monde. Une circonscription perdu dans la campagne française … allez heuuu … disons … Commercy ? … heuuu … non … Spincourt … non … Bourges … non … disons … Sablé sur Sarthe ? Allez chiche … regardons ce que le site de Pôle emploi nous propose comme CV d’assistant parlementaire à Sablé sur Sarthe. A coup sûr il n’y en a aucun et je vais devoir recruter ma femme … non de non !

20170204_parlementairesablesursarthe

389 ! Fiouuuuu il y a 389 demandeurs ou demandeuses d’emploi prêts à venir travailler à Sablé sur Sarthe comme assistant parlementaire? Mince … heu non, je veux dire … bon heuuu c’est à dire … enfin …. je recherche quelqu’un qui devra travailler sur … heuuu … un sujet hyper important par rapport à mon programme de député tout ça, mes promesses … heuuu … c’est à dire … bein oui quoi, on va dire que j’ai promis de …. heuu … développer …. bein …. la fabrication des baignoires sur le sol français ! Ha, vous voyez bien que c’est important. Bon, je relance donc une recherche en précisant ma demande et en ajoutant le terme « Baignoire » :

20170204_parlementairebaignoire

Hé bein voilà … le résultat. Dés qu’on cherche un CV, on en trouve pas ! Non mais vous vous rendez-compte. Je cherche un CV assez simple : un assistant parlementaire baignoire, c’est quand même pas la mer à boire … si je peux me permettre. Ha ça c’est bien la France !

Du coup, je vais être obligé de recruter … ma femme ! Alors que franchement, j’avais tellement envie de donner sa chance à un jeune, ou une jeune, qui débute dans la vie professionnelle. Franchement, si c’est pas triste d’en être obligé à recruter sa propre épouse. Hein, je vous prends à témoins tout de même !

Et vous verrez que dans 6 mois, quand j’aurai besoin de recruter un avocat … j’en trouverai pas et je devrai, par la force des choses … recruter mes propres enfants. Franchement, on ne peut compter que sur sa famille dans ce pays.

Attaché parlementaire est un métier en tension … c’est pour cela que les députés sont obligés de recruter leur épouse ou leurs enfants … et pis c’est tout !

Le texte de cet article en audiodescription pour les personnes … qui veulent pô lire😉

Comment Facebook a inventé … l’eau chaude !

Si j’en crois wikipédia, Facebook est né le 4 février 2004. Et voilà que 12 ans plus tard on parle d’innovation, de réseau social, de cla-hou-deu, et je n’sais trop quelle super méga révolution de la mort qui tue mémère qu’on a poussée dans les orties.

Que néni, avec 2 éponges … oui parce que éponge puis re-éponge ça fait … réponds-je … comprenne qui peux.

Bref, voyez-vous, il y a maintenant…. fiouuuu … bien 36 ans de cela, ça doit nous faire dans les … sixties des années 80 comme dirait le guignol de Johnny. Hé bien à cette époque, c’est à dire, bien avant le marc de sucre pas bon (à traduire en anglais ça donne « Mark Sugar Beurk ») on avait déjà le moyen d’entrer en contact avec de parfaits inconnus à l’autre bout de la planète et d’engager avec eux des échanges autour d’intérêts communs.

Bon, évidemment, on ne cliquait pas frénétiquement sur un mulot pour liker ou disliker. En fait on écrivait un joli message sur une étiquette. On ajoutait son adresse postale en bas de ladite étiquette. Puis on accrochait tout ça à un ballon de baudruche gonflé à l’hélium et hop on le lâchait. Il partait au gré des vents vers des contrées lointaines … lointaines … c’est du moins ce que notre imagination voyait dans ce ballon qui prenait de l’altitude.

Haaaaa ce petit Ballon, frêle esquif dans la puissance du courant éolien. Balloté de ci, de là dans le grand anticyclone des Açores … poussé par les alizés … repris par le Khamsin au dessus du Caire … retourné par le Pampero à l’approche de Río de la Plata, sa petite étiquette toujours bien arrimée assurant que le message serait délivré quelque part … sur la terre … quand le Squamish  le projettera au sol en terre canadienne ou bien encore le Williwaw le déposera en Alaska … quel voyage, quel périple pour mon joli message. Et … y aura-t-il un autochtone pour le retrouver et lire mon message ? … sans google traduction ? Nous sommes dans les années 70 ne l’oublions pas.

C’est beau l’imaginaire car au final … le ballon s’en allait s’écraser dans un champ … oui, le ballon crevait en plein ciel juste au-dessus du village d’à côté et en guise d’étrangers du bout du monde, tu recevais une carte postale de la fille du crémier de bernezouille sur Vraine qui t’expliquait que tu pouvais prendre ta bicyclette pour venir récupérer ton pauv’ ballon crevé. Et si l’étiquette n’était pas passée sous les coups de cisailles d’un agriculteur fou et son tracteur Massey Ferguson, alors tu récupérerais aussi son étiquette toute détrempée et son encre bleue toute dégoulinante que même google traduction ne pourrait déchiffrer … ouais finalement à bien y réfléchir … c’était largement aussi nul que la version moderne du réseau social.

Et ça s’appelait … le ballon gonflé à l’hélium …

Le texte de cet article en audiodescription pour les personnes … qui veulent pô lire 😉

Web 3 zéros : il parait que maintenant le web est intelligent …

Bon, voilà ma 3ieme « chiquenaude de bouche »  (c’est comme un « coup de gueule » mais en beaucoup, beaucoup, beaucoup moins fort … bein oui, y’en a marre de ces français qui passent leur temps à tout critiquer à outrance)

Si on en croit les spécialistes du net, internet a maintenant acquis l’intelligence ! Si, si je vous assure, tous ces experts nous parlent des incroyables algorithmes développés par des non moins experts du code ingénieurs en tout ce que vous voudrez. Et grâce à ces formidables algorithmes, ma navigation sur internet n’a rien à voir avec la vôtre. En effet, internet me comprend et les contenus s’adaptent à mon profil … c’est t’y pas beau ça ?

Bref, comme je ne suis pas du genre à critiquer sans preuves, voici ma démonstration du jour :

  1. je vais sur un moteur de recherche : tant qu’à faire, je prends celui qui récolte le plus de données personnelles et qui les revend à tout le monde. Vous avez devinez : Google !
  2. je lance ma recherche : « acheter casserole » -> mettez bien le verbe « acheter », google adore ce terme qui laisse entendre que vous êtes prêt à dépenser votre argent

Web3zero_2015-08-13 13-57-58

  1. je clique sur quelques sites bien en vue : batterie de casserole sur Darty, poêle à frire sur La Redoute, casserole en inox sur fnac.com, etc …
  2. je vais maintenant visiter un site au hasard … disons … le site de OverBlog …
  3. Hooooo incroyable ! regardez à droite … de la pub pour des batteries de casseroles !

Web3zero_2015-08-13 13-49-05

Heuuuuu dites messieurs les experts, on ne se foutrait pas un peu de nous ! Vos incroyables algorithmes que l’on doit au soit disant plus prestigieux ingénieurs sont capables de … mettre de la pub de casseroles dans les sites que je visite alors que justement je viens de faire une recherche de casseroles sur Google ! En plus, j’ai mis la barre assez haut. En effet, j’aurais pu choisir le site qui fonctionne le mieux avec ce mécanisme de pub … facebook ! Allez-y, faites des recherches de balais de ch… pardon de balais de WC, sur Google et je vous assure que vous allez avoir plein de magnifiques visuels de balais de ch …. pardon de balais de WC sur votre page facebook 😉

Bon, reprenons : le web en est bien au web 3 zéros … comme l’on dit : le web triple buse ! Voici les explications :

  1. vous truffez les pages que l’on visite de pub pour des produits qui ont déjà fait l’objet de recherches par ailleurs
  2. très souvent, ces pubs arrivent après la bataille puisque le produit est déjà acheté ou l’achat abandonné
  3. le site que je visite se retrouve affublé d’un immonde visuel qui n’a rien à voir avec son contenu. Imaginez un peu si vous faites une recherche de boîte d’aliment pour chat et ensuite vous visitez le site de commande en ligne de plat chinois … hum ?
  4. globalement, ce web n’a pas de modèle économique alors il recopie ce qui semble fonctionner avec la TV et les médias en général : vendre des espaces publicitaires pour atteindre les potentiels consommateurs … diantre ! où est l’innovation ?
  5. il n’y a aucune intelligence dans ces algorithmes qui sont certainement développés par des enfants de 5 ans de l’autre côté de la planète. Pour faire simple, ce sont des scripts écrit en PHP avec une seule fonction …
  6. <?php
    if ($a == « casseroles« )
    echo « afficher la pub des casseroles de Darty »;
    ?>
  7. Intelligence artificielle, systèmes experts, analyse sémantique ? mais où êtes-vous donc ?
  8. et je n’ai pas parlé des vidéos que l’on est obligé de regarder avant d’accéder à la vraie vidéo que l’on veut voir. C’est tellement agaçant que j’en arrive à boycotter les produits dont on m’impose la réclame de cette manière. Tiens, aujourd’hui j’ajoute « les haricots verts bonduelle »  à ma BlackList  !!

Alors … me direz-vous ? finalement tu n’es qu’un français comme tout les autres … car tu critiques, tu critiques mais tu n’as pas de solutions à proposer !

Hé bien si, figurez-vous ! ma proposition est simple :

Et si on arrêtait de confier le web à des spécialistes de l’informatique et des technologies ? car il faut le reconnaître : il faut des spécialistes de l’homme et du fonctionnement de son cerveau pour faire un vrai web du futur. Les spécialistes de la technologie ne sauront jamais dépasser les contraintes techniques … c’est un peu comme si on confiait le design d’un bâtiment à un ingénieur en génie civil. Il saura calculer la résistance d’une poutre mais il ne saura jamais dire à quoi doit ressembler le bâtiment. Pour que le bâtiment prenne forme, il faut un architecte ! un type qui n’y connait rien en béton armé mais qui s’y connait en design et en fonctionnalité. Même au moyen âge, nos ancêtres le savaient. Ce n’était pas le maçon, le spécialiste de la taille et de l’assemblage de pierres, qui dessinait le bâtiment, c’était l’architecte. L’architecte était incapable de mettre 2 pierres l’une sur l’autre mais grâce à lui  … Notre Dame existe !

Alors aujourd’hui le Web souffre de ce mal que l’on connait trop bien, depuis trop longtemps : on confond la « fin » et les « moyens ». Et aujourd’hui seuls ceux qui maîtrisent les « moyens » sont aux commandes du web … en clair et pour faire simple, confions aux spécialistes des sciences cognitives, aux experts des fonctions cognitives, de la mémoire et des motivations et surtout … aux psychologues … le web de demain et l’avenir d’Internet pourra enfin éclore …

 

 

 

Pfffff maintenant j’ai des casseroles sur tous les sites que je visite …

Opération minions : je me suis fait pigeonné, il faut que j’assume !

Hier matin, je me lève … un pied par terre, le second, je suis debout mais pas franchement réveillé. Je me traîne jusqu’à la cuisine. Le geste machinal, j’ouvre le placard du haut, prends un bol, le pose sur le plan de travail, juste devant la radio qui diffuse France Info. Je me traîne jusqu’au frigo, les yeux pas encore complètement ouverts. J’ouvre, brrrrr froid …. je prends la bouteille de lait et la rapporte près du bol. Je me penche, ouvre le placard du bas, plonge ma main à l’intérieur … je palpe une boite en carton parallélépipédique rectangle … mes ChocoPops, Yes ! Je remonte la boîte, l’ouvre tout en baillant profondément. Je verse mes chocopops dans mon bol … rien … pas de bruit ! j’ouvre les yeux comme ébahi par cette inconnue dans mon champs de certitudes : le doute n’est plus permis, mes yeux constatent le  cataclysme, la boîte est vide ! Horreur … plus de chocopops !

Bref, je vous passe l’opération rasage, douche, brossage des dents, pshiiiiittttt déo et tout et tout ..

Je sors et me dirige vers ma petite épicerie de quartier, mon dealer de ChocoPops habituel. Direct vers le rayon céréales, je prends une boîte de Chocopops et retrouve instinctivement le sourire. Et à cet instant précis, mon regard est attiré par une autre boîte, juste à côté. Sur la boîte du même format, 3 minions rigolent comme des imbéciles … comme moi devant ma boîte de chocopops 🙂

Le doute m’envahi … serait-ce un signe ? J’hésite, repose ma boîte, prend l’autre. Il est écrit qu’il y a un minion dansant à l’intérieur. Ce serait trop rigolo, un minion sur mon ordi 😉 NON ! hors de question de me laisser détourner de mon achat habituel à cause de cette frénésie qui ne durera qu’un été tout au mieux. Je remets la boîte et l’opération commerciale à sa place et reprends ma boîte de chocopops … ouais mais … il n’y a rien dans ta boîte de chocopops 😦 et en plus elle est 50 centimes plus chère ! Et voilà l’argument de la mort qui tue ta grand-mère en tongue devant le prisunic de Noisy le Grand Mont d’Est, juste pour être en accord avec soi-même et ne pas se dire que l’on a succombé, comme un malheureux consommateur de base, à l’attirance pour un gadget marketing … je prends la boîte de … Chocapic !

De retour chez moi, je reprends mes gestes du matin. A cette différence près que cette fois, je suis bien réveillé :-). HOOOOoooooo un minion en plastique, je le reconnais, c’est Kevin :-))

20150805_Minions-chocapic

Ca ne rigole pas : photo prise au D7000 + objectif 105 mm macro ouverture 2.8 + utilisation d’une charte de gris pour assurer une bonne balance des blancs au développement du fichier RAW, bref, la totale

Bon, ça y est, j’ai mon minion que j’ai posé sur mon ordi … voilà, voilà, voilà … maintenant je peux manger mes chocapics … tiens c’est étrange, le lait semble glisser sur mes chocapics. On dirait que les chocapics n’en veulent pas … je prends ma cuillère chocopos et enfonce les chocapic au fond du bol … bloup ! ils remontent à la surface sans laisser une seule trace de chocolat dans le lait … étrange …

Je prends quelques chocapics dans ma cuillère, je goûte … pouhaaaaa … Raaaaa raaaaa …. on dirait du carton mâché … une 2iemme cuillère, pouhaaaark …. beuuuhhhh ….. ça pâtifie dans la bouche …. et le chocolat ? où est le goût de chocolat ?

Bon, je laisse « infuser » une bonne heure en me disant que les chocapics vont s’imprégner de lait et que ça ira mieux. Je reviens … non, le lait est toujours blanc comme neige. Et les chocapics secs comme les blés en plein été de canicule. Comme s’ils étaient … étanches … en plastique comme mon minion …

Bref, je vais devoir assumer : j’ai une boîte entière de céréales immangeables que je vais devoir terminer avant de retrouver mes Chocopops … tout ça pour un minion en plastique … il faut que j’assume … ou pas et je jette les Chocapics dans la poubelle, ni vu ni connu … vous feriez quoi à ma place ?

Brioche Dorée vs Mac Donalds … no comment

Connaissez-vous l’émission « No Comment », le matin très tôt quand on allume France3 et que c’est la diffusion d’EuroNews ? Ce sont des images qui tournent en boucle et au bas de l’écran il est écrit « No Comment ». En clair, ce sont toujours des images navrantes de bêtise humaine. Comme par exemple les images de ce riche dentiste américain du Minnesota, Walter Palmer, qui a l’intelligence de l’homme de Neandertal : il aime chasser ! Et il pose fièrement devant la dépouille de sa dernière victime, le lion Cecil ; célèbre lion à crinière noire du parc national Hwange, plus grande réserve du Zimbabwe … en bas de l’écran il est écrit « No Comment » … en effet, sans commentaire … l’image est suffisamment affligeante par elle-même.

Revenons en France, à Paris exactement en ce dimanche 2 août 2015. Je viens de tomber sur une perle en traversant le hall de la gare d’Austerlitz. Figurez-vous que le sandwich jambon beurre est à 5, 10 euros.  Oui, oui, vous avez bien lu : 5,10 euros le sandwich seul. Je ne vous dis même pas le tarif si vous souhaitez ajouter un soda 33cl. Bref, je vais chez Mac Do et je prends un menu Mac First à 4,95 euros le sandwich, le soda et les frites et … 2 sauces : Ketchup et Mayonnaise … Bref : « No Comment »

Brioche Dorée Vs Mac Do

 

 

Ha oui, il faut quand même que je vous dise. Je suis aller voir la dame de la boutique « Brioche Dorée » et je lui demande :

moi : dites, madame, ce sont les tarifs pour les touristes chinois que vous affichez. Ils sont où les vrais tarifs pour les parisiens ?

elle : elle me regarde incrédule … et me dit … bein, ce sont les mêmes tarifs pour tout le monde …

Bon, juste pour avoir des repères. Pour celles et ceux qui ont connu le Franc, avec un jambon beurre à 5 francs en 2000 et une inflation de 2,5% par an jusqu’en 2015, on serait aujourd’hui à un sandwich jambon beurre à 1,10395816 euros … Heuuu l’enseigne Brioche Dorée ne nous prendrait-elle pas pour des moutons ?

Attention, ne faites pas d’amalgame et ne mettez pas de commentaires pourris sur ce message. Je précise que les gouvernements successifs depuis 2000 n’ont rien à voir dans cette augmentation, que l’Europe n’est pas responsable non plus. Il faut ouvrir les yeux : seules les entreprises privées comme la Brioche Dorée et … NOUS  pauvres imbéciles qui achetons sans réfléchir … sont responsables de cette situation … 

FranceInfo et la bouillie d’interview

Bon, voilà ma 2ieme « chiquenaude de bouche »  (c’est comme un « coup de gueule » mais en beaucoup, beaucoup, beaucoup moins fort … bein oui, y’en a marre de ces français qui passent leur temps à tout critiquer à outrance)

Si vous êtes habitué de la radio France Info, celle qu’on allume le matin quand on se lève avant d’aller prendre sa douche, vous avez certainement remarqué le phénomène suivant : les personnes enregistrées qui témoignent sur un sujet s’expriment … bizarrement. Un peu comme si ces personnes parlaient sans jamais prendre leur respiration !

En effet, quand nous parlons, nous avons tous une prosodie différente. La prosodie c’est un peu la « mélodie des mots », c’est le ton, l’intonation, la vitesse, les blancs, les respirations, etc … tout cela est matérialisé d’ailleurs dans les textes écrits par des virgules, des points virgules, des tirets, des points, des retours à la ligne, etc …

Seulement voilà, dans notre monde tellement obnubilé par le tourbillon du temps, France Info a franchi le rubicon. France Info a décidé que toutes ces marques d’intonation n’était que du temps perdu et donc … de l’argent perdu. Donc France Info applique un traitement automatique sur les enregistrements des interviews, un traitement pour supprimer tous les blancs … au mépris du respect de la parole et la prosodie de celui qui parle.

Ce matin, j’ai entendu un syndicaliste parler du problème des services publiques à Guéret dans la creuse. Sa voix était tellement irréelle à cause de ce traitement infligé par France Info que je ne parvenais plus à l’entendre tellement j’étais focalisé sur sa non-prosodie.

Bref, pour vous permettre de comprendre ce phénomène, je vous propose 2 bandes sons : la première où je lis le début d’un article de Direct Matin avec ma prosodie habituelle. Et la seconde où j’ai appliqué le même traitement de réduction des blancs que France Info … écoutez et comprenez la différence

1er son : la prosodie normale (1 minute et 14 secondes)

2ieme son : la bouillie de France Info (40 secondes)

Vous avez bien entendu les mêmes mots et les mêmes phrases. Pour un « comptable logiquo mathématique » l’information est la même. Mais reconnaissez que pour la sensibilité de l’homme … je présume que Noam CHOMSKY n’écoute pas France Info …

News du 20/04/2017 : 

Un reportage d’une journaliste sur le ton des voix off dans les reportage TV : Arte « Et là … c’est le drame … »


Source de l’article lu :

Direct Matin – N°1708 – Vendredi 12 juin 2015

Le chef de l’Etat était hier à Genève pour appeler une nouvelle fois la communauté internationale à se mobiliser sur la question.

François Hollande est-il le premier président écolo ? Ce qui ne fait aucun doute, c’est que le chef de l’Etat a fait des questions climatiques l’une des priorités de son mandat. Le climat a d’ailleurs été déclaré «grande cause nationale pour l’année 2015».
François Hollande profite donc de toutes les occasions pour endosser le costume d’ambassadeur de l’écologie. Rencontre avec l’ancien vice-président Al Gore, qui préside l’organisation non gouvernementale The  Climate Reality Project, dialogue de Petersberg, sommet du G7… Et hier, passage à la 104e Conférence internationale du travail, à Genève, pour aborder les relations entre changement climatique et monde du travail. Le tout avec un seul objectif en ligne de mire : la conférence mondiale sur le climat, COP21, organisée en décembre prochain à Paris.

(…)