As-tu lu ton … horoscope ?

Vous le savez car vous l’avez entendu partout : le big data, les algorithmes, l’intelligence artificielle machin tout ça vont révolutionner notre façon de vivre. Et c’est déjà le cas sur internet où les google, facebook et autre amazon vous présentent des contenus publicitaires adaptés à vos envies. Hé oui, vous visitez le site de LCI et paf l’écran est maculé de petites vignettes faisant la pub pour des chaussures talon haut taille 36. N’allez pas croire que LCI se reconvertit dans la maroquinerie. C’est juste que, hier soir, vous avez entré la requête suivante dans votre moteur de recherche : « je voudrais les mêmes souliers que cendrillon et le prince charmant qui va avec« . Et finalement vous avez visité le site sarenza.com …

Notez bien que ça marche aussi avec les batteries de cuisine, les bagnoles, les pots de peintures, le jambon, les mouliplexeurs à autoturbine décentrée etc … etc …

Voyez-vous, moi je suis plutôt du genre à faire des recherches sur le matériel photo. Alors quand je vais sur le site de LCI … ha non, ça c’est pas possible. Donc quand je vais sur un autre site que celui de LCI, paf, l’écran est maculé d’objectifs … Nikon ! Hé oui, reconnaissez que c’est puissant l’intelligence artificielle. Houuuuuuuu qu’est-ce qu’il faut comme intelligence pour programmer un algorithme du genre : si visite du site sarenza.com alors pourrir l’écran avec des godasses plein partout ! Puréeeee mais j’y suis, je vais me faire recruter par google pour programmer ses algorithmes.

Bref, voici ma propre expérience de ce matin. Je vais donc sur le site de Météo France et voici mes pubs personnalisées de l’intelligence artificielle des algorithmes (je vous jure que c’est une vraie capture écran de ce matin) :

Alors j’ai cherché à comprendre le sens. Béh oui, je suis comme ça moi : j’ai besoin de comprendre. Et j’ai fini par comprendre car c’était finalement assez simple. L’algorithme m’a présenté des pubs qui font sens une fois assemblées. Et ce sens c’est … mon horoscope évidemment ! Laissez tomber les étoiles, les constellations, les Jupiter dans Saturne avec la lune en petite orbite, tout ça c’est du grand n’importe quoi. Les algorithmes de Google sont bien plus pertinents quand il s’agit de prédire l’avenir.

Bon, comme je vous imagine un tantinet sceptique, voici la traduction évidente de mon horoscope de ce matin :

Alors, c’était évident, non ?

Le texte de cet article en audiodescription pour les personnes … qui veulent pô lire 😉

Publicités

Je connais bien les Vosges

La Mode est aux quiz parait-il ! Alors je vous ai concocté un petit quiz de 15 questions sur les Vosges. Mais attention, c’est pas du quiz façon « modes et travaux » ou encore « Biba ». C’est un vrai quiz bien balaise ! Il suffit de cliquer sur l’image pour commencer :

Et vous ? Vous faites combien ?

#Vosges #Lorraine #GrandEst #Contrex

Combien de temps pour … un z’oeuf à la coque ?

Ha ha ! hein ? combien de temps ? Non non, je vous voir venir. Interdit d’aller sur votre moteur de recherche. Il faut trouver … là … tout de suite. Et sans pouvoir faire appel à un ami !

Car c’est exactement ce qui m’est arrivé, il y a peu, lors d’un déplacement professionnel. Voyez-vous, ce qu’il y a de bien dans les déplacements professionnels, c’est le petit déjeuner le matin à l’hôtel. En semaine ordinaire, chez toi, t’as pas trop le temps. Alors zou … un café vite fait sur le coin du zinc tout en enfilant ta chemise et en nouant ta cravate. Haaaa saperlipopette, quel gros ballot je fais ! J’ai taché ma chemise avec mon café … bon bref, c’est plutôt régime sec. Alors quand tu es en déplacement professionnel, quel bonheur que de descendre à la salle petit dej’ de l’hôtel. De n’avoir rien à faire. Juste choisir tout ce que tu veux au milieu de cet étalage de pancake, baguette fraîche et croustillante, fromage, charcuterie, fruits, céréales, yaourt, confiture, beurre, miel et … la machine à cuire les z’oeufs !

Oui, je n’ai jamais fait un seul hôtel qui n’ai pas cette « machine à z’oeufs ». Un ustensile tout simple : de l’eau qui bout, des petits paniers métalliques au bout d’un manche et une provision d’oeufs. En clair, tu vas te faire cuire un oeuf comme tu veux. A la coque, dur, mollet, brouillés, oeuf au plat c’est toi qui vois. Et toujours, toujours, toujours à côté de ladite machine il y a de quoi se remémorer le temps pendant lequel tu laisses ledit oeuf plongé dans l’eau.

Je me souviens de l’hôtel de la semaine précédente. Les temps de cuisson étaient écrit, à la craie, sur une ardoise. C’était super déco, tendance façon auberge d’autrefois.

Bref, je suis donc avec mon z’oeuf dans une main et le panier porte z’oeuf dans l’autre. Je cherche le temps de cuisson pour un oeuf coque … rien … rien de rien ! Pas un écriteau, pas un petit papier, pas une notice sur la machine, et encore moins une jolie ardoise avec des pleins et des déliés à la craie … rien ! Même pas un minuteur à portée de main … rien !

Bon, « On va pas se mettre le tyrex au court-bouillon quand même » me dis-je . Oui c’est pour dire qu’on va pas se faire des noeuds au cerveau juste pour ça. C’était pour accentuer le côté « rate » que je trouve trop édulcoré. Je ne sais pas si vous avez déjà essayé de mettre un tyrex au court-bouillon … hein ? Déjà que le homard c’est pas évident parce qu’il se défend le gars voyant bien que sa dernière heure à sonné. Alors un tyrex, vous pensez bien.

Du coup, 3 options s’offrent à moi : 1. je demande à quelqu’un dans la salle 2. j’y vais au feeling 3. j’abandonne. Alors autant vous dire que la 3 est balayée d’un trait de plume avant même d’être envisagée. Oui ! un Bebel n’abandonne jamais. Un Bebel ne capitule pas devant l’adversité. Un Bebel assume en toute circonstance, c’est comme ça. C’est quand même pas un truc, sorti du fondement d’une poule, qui va me tenir tête.

Pour la 1, ça pourrait encore se discuter parce que dans la salle, il n’y a que des inconnus. Je pourrais donc demander, au risque de passer pour une nouille, car personne ne me connaît. Mais imaginons que demain, je devienne célèbre hein ? Vous imaginez si cette histoire venait à sortir dans la presse : « Ha ouiiii c’est le mec qui ne savait pas cuire un oeuf à la coque !« . Bon, on ne sait jamais donc oublions la 1 également. Il me reste donc l’option 2.

Je fais donc le mec qui assure. Je place l’oeuf dans son petit panier. Et dans un geste très assuré, presque professionnel, je plonge majestueusement ledit z’oeuf dans l’eau frémissante … plouf !

Ho pinaise, l’eau qui gicle sur mes pompes ! Hé ho … faudrait voir à pas trop sortir du récipient, hein ? J’ai pas mis mes bottes en koutchouk aujourd’hui. Je suis en déplacement professionnel. Alors j’ai mis mes Weston … et le gland de mes Mocassins à pampilles collection « VEAU BOX NOIR LES GRANDS CLASSIQUES » est pas waterproof … ok ?

J’observe les bulles tout en comptant dans ma tête … hum … c’est fou comme les minutes passent moins vite quand tu observes un oeuf dans l’eau frémissante …

Bon allez, on va dire que c’est bon. Je m’empare du manche bleu. Oui pour bien reprendre mon z’oeuf et pas celui de la voisine, le constructeur a pensé à mettre des couleurs sur les manches. Je saisis un coquetier. Hé hé pas bête le gars : je me doute bien qu’il doit être chaud. Je place le coquetier sur le dessus de l’oeuf et je retourne. Hop, je tiens le coquetier à l’endroit avec mon oeuf dedans sans l’avoir pris avec mes doigts. Si vous n’avez pas bien compris le geste, demandez moi, je vous ferrai un croquis 😉

Je reviens à ma place et au passage, paf je m’empare discrètement du pichet de jus de pomme. J’aime le jus de pomme le matin au p’tit déjeuner. Quand on sait que les British disent “An apple a day keeps the doctor away” (Manger une pomme par jour éloigne les médecins) voilà qui se marie parfaitement avec mes Weston ! Bon, par contre il faut absolument le crier bien fort dans la salle « Je vais prendre un jus de pomme … de pomme … » car la couleur dans le pichet en verre peut prêter à confusion. Ce doré translucide ressemble, à s’y méprendre, à du whisky. J’en conviens, ce breuvage se marie également très bien avec mes Weston. Mais je ne veux pas passer pour un pochtron du p’tit matin avec son litron de boisson frelatée.

L’oeuf est devant moi, dans son coquetier. Je le regarde en me disant « il manque quelque chose …« . Mais c’est bien sûr ! Il me manque un coupe z’oeuf à la coque. Vous savez, ce truc rond avec des dents de requin à l’intérieur que vous appliquez sur le dessus … et avec les deux trous façon ciseaux … crac … vous coupez la tête de l’oeuf et y a plein de petits bouts de coquille qui tombent dedans ! Comment je fais sans un coupe z’oeuf à la coque ?J’ai donc observé mon z’oeuf à la coque, incapable de savoir si, à l’intérieur, il était trop ou pas assez cuit. Un peu comme la poule qui a trouvé un couteau … Comment je fais ? Même avec mon smartphone j’ai pas réussi à ouvrir le dessus de mon z’oeuf à la coque alors vous voyez.

Bref, j’en ai eu marre. J’ai pris l’oeuf dans ma main et … je me le suis écrasé sur le front ! Bein oui, tous les gens célèbres reçoivent des oeufs sur le front alors je prends un peu d’avance c’est tout ! Et vous savez quoi ? Hé bein j’étais super content car mon z’oeuf … il était bien « à la coque » ! le jaune liquide a bien dégouliné jusqu’à ma chemise et le blanc, bien cuit, est tombé sur mes Weston 😉

Le texte de cet article en audiodescription pour les personnes … qui veulent pô lire 😉

Bref, je me suis fait un Mac Do …

Bon, aujourd’hui je me suis dit « Tiens, j’me ferais bien un p’tit Mac Do !« . Ni une, ni deux, je prends mon pass navigo et direction le Mac Do de Val de Fontenay.

Quand je vais dans ce genre de restaurant huppé, je me fixe toujours une règle de conduite : s’il y a trop de monde, j’abandonne sans même entrer. Là, j’arrive et je constate une fréquentation que j’estime acceptable. Et en plus, le chef de rang s’approche de moi et m’invite à me diriger vers une borne libre. Oui, je dois vous préciser qu’au Mac Do de Val de Fontenay il n’y a plus aucune caisse sur le comptoir. Les convives sont invités à faire leur commande sur une immense borne façon 4 par 3 pour que tout le monde autour puisse voir que tu cliques sur le Big Mac double size avec le supplément mayo et 3 sachets de ketchup !

Bref, c’était vraiment trop bien parce que je n’ai pas eu à faire la queue. Je suis immédiatement monté à l’échelle pour aller cliquer, tout en haut, sur le menu « Mc First ». Puis je suis redescendu m’accroupir pour cliquer, tout en bas, sur le cornet de frites. Et c’est vraiment trop super parce que le Coca Zéro, il était au milieu de l’écran donc j’ai pu cliquer dessus sans trop de gymnastique. Et oui, un écran 4 par 3, c’est pas ta petite tablette ipad de « cul nul », c’est du lourd !

Bref, j’ai entré ma carte bleue dans le lecteur au raz du sol, il est en dessous de l’écran 4 par 3, puis le code et j’ai validé. A partir d’ici, tu ne peux plus faire « annuler ». Donc, c’est pile à ce moment qu’ils sont arrivés. « Ils » c’est en fait toute la population d’île de France qui n’est pas en vacances en ce début Août. Voyez-vous, je pense qu’ils se sont tous dit « Et si on allait au Mac Do … de Val de Fontenay … là, tout de suite maintenant ?« . Ce sont donc 768 543 personnes qui sont arrivées au Mac Do de Val de Fontenay. Mais c’était vraiment trop super bien parce que moi, j’avais déjà passé ma commande. En plus, avant même que je n’introduise ma carte bancaire, sur la borne c’était écrit « Nous préparons déjà votre commande ! ». J’étais trop super content.

Alors, je suis allé vers le comptoir pour récupérer ma commande. Le fameux comptoir qui n’a plus de caisses. Il est donc totalement dégagé pour aligner les plateaux. Là, j’ai vu une équipière Mac Do courir à droite, puis à gauche, puis à nouveau à droite, puis à nouveau à gauche. Ensuite elle est revenu, elle s’est passé la main dans les cheveux puis elle a levé la tête vers l’écran. Ensuite elle parti vers l’arrière, puis elle est revenu vers l’avant. Elle est reparti vers l’arrière, puis elle est revenu. Elle a de nouveau regardé l’écran. Puis elle est reparti à droite. C’était beau comme une chorégraphie des petits rats de l’opéra. Alors j’étais trop super content parce que je me suis dit que j’étais tombé le bon jour : aujourd’hui il y avait un spectacle en bonus. Alors j’ai sauté 2 fois sur place et j’ai dit « Youpiii » (mais dans ma tête pour que personne n’entende). Progressivement, elle apportait des ingrédients qu’elle posait sur les plateaux mais … pas trop vite. Alors moi, je me suis dit que c’était pour ne pas secouer les sodas ou faire tomber la salade des burgers dans la boîte.

C’était vraiment trop génial parce que ça faisait à peine … quoi … 17 minutes que j’étais là, que déjà elle appelait la commande numéro 95. Moi j’ai regardé mon papier et j’étais vraiment trop content car il portait le numéro 99. Alors elle est repartie dans son ballet harmonieux, prenant un Big Tasty par ci, un Ice tea par là et les déposant sur 2 plateaux différents avec délicatesse. Ensuite, je l’ai vu déposer un coca zéro sur un plateau vierge et j’ai compris que c’était ma commande. Alors je n’ai pu contenir un nouveau petit « youpi » de joie et j’ai à nouveau sauté 3 fois sur place. Ensuite elle a repris le mouvement numéro un : à droite, à gauche, à droite, à gauche, la main dans les cheveux, les yeux au ciel etc … et une boîte d’happy Meal sur un plateau, un Big Mac sur un autre. Et c’était vraiment trop super méga bien parce que moi, je pouvais regarder mon coca zéro sur mon plateau. Et là, elle à dit « la 96 !« . Et moi j’étais trop méga dans la zénitude profonde parce que j’avais la 99 et qu’il s’était passé à peine 19 minutes entre la 95 et la 96 ! Alors je me suis retourné et j’ai souri aux 768 541 personnes derrière moi.

Après on est passé au mouvement 2 de la chorégraphie et c’était vraiment trop beau. En fait, la copine de l’équipière Mac Do, celle qui bosse au comptoir Mac Café est entrée dans la danse. Oui, vous savez, le comptoir Mac Café, c’est celui où il n’y a jamais de client et l’équipière Mac Do passe son temps à astiquer le comptoir avec un chiffon pour faire croire qu’elle a beaucoup de travail parce qu’elle ne veut pas aller aider ses collègues qui remplissent les plateaux. Alors là, elle avait trop bien frotté le comptoir et aussi lavé les tasses à café et aussi ré-aligné les macarons et … et … et … elle pouvait plus faire semblant d’avoir trop de boulot …

Là, c’était vraiment trop beau car on voyait le professionnalisme et les années d’entraînement. Elles se croisaient sans jamais se toucher. Elles virevoltaient, légères comme des hirondelles sans jamais lâcher le Big Mac et le sunday caramel avec les petites cacahuètes dessus. C’est à ce moment précis que, dans un canon en coeur parfait, elles ont annoncé les commandes 97 et 98. C’était trop beau, j’ai senti une larme couler au coin de mon oeil gauche. Alors j’ai sauté sur place et dit « youpiii » (tout bas, juste pour moi). La prochaine était pour moi, j’ai senti mon p’tit coeur palpiter comme jamais d’autant que l’équipière numéro une venait de déposer un cornet de frites sur mon plateau … à peine 47 minutes après le coca zéro. J’étais trop super méga content.

Alors le ballet a repris au numéro un mais cette fois avec 2 ballerines. Hé hop, à droite, à gauche, à droite, à gauche, yeux au ciel, mains dans les cheveux et devant, derrière, devant, derrière. Big Mac, Royal cheese, sunday fraise et … Happy Meal déposés en rythme sur les plateaux. C’était beau comme du Mozart. J’étais trop super joyeux. Alors l’équipière a annoncé « commande 02« . Mais c’était pas grave parce que j’étais trop bien content de regarder ce spectacle. Je me suis retourné et j’ai crié aux 768 539 personnes derrière moi de frapper dans leurs mains, de sauter sur place et de tendre l’index droit vers le plafond … « allez tous, en coeur … frappe dans tes mains … saute sur place … Hand up, baby Hand up« .

Ensuite j’étais vraiment trop content parce que, juste après la commande numéro 15, je l’ai vu se saisir d’une boîte de Mc First dans un tourné, boulé, déhanché impeccable. Et en guise de final magistral, elle a fait un salto avant double carpé et déposé la dite boîte … sur mon plateau ! J’ai senti mon coeur s’envoler, battre à tout rompre quand j’ai entendu le …99. « Oui, c’est moi … c’est moi, ici … oui, j’arrive. »

« Bon appétit et désolé pour l’attente » me dit l’équipière du Mac Do de Val de Fontenay. Alors moi, trop content, je lui ai répondu « Et merci madame de vous être occupé de moi avec autant de professionnalisme et d’abnégation« . J’étais trop sur mon petit nuage tellement j’étais trop satisfait d’être content. Je tenais entre mes mains, mon frêle petit plateau après à peine 1h et 26 minutes d’attente.

Alors après j’étais vraiment trop bien dans mon for intérieur de moi-même parce que j’ai fait quelques tours du restaurant et j’ai rapidement trouvé une place où m’installer.  11 272 fois l’allée centrale et les travées extérieures et voilà que la place idéale se libère : juste à côté de la table où mémé s’est installé avec ses deux petits enfants de 3 et 4 ans pour réserver les places en attendant que maman revienne avec les 2 happy Meal. J’étais vraiment trop content, proche de l’extase en déposant mon plateau sur la table pendant que Missandei se laissait choir de la banquette sur mes caterpillars, heureusement montantes, tout en vociférant un assemblage de syllabes dont je n’ai pas … totalement saisit le sens. Stannis a bien essayé d’en profiter pour me chiper une frite mais mémé lui a chopé le bras droit avant qu’il ne commette son forfait. Il est alors parti dans un cri nasillard montant dans les aigus tout en chouinant par vocalise. Tout en remontant Missandei sur la banquette, mémé a tenté de faire taire Stannis en lui disant qu’il était pas gentil de se faire remarquer comme ça. Moi, je ne voyais plus rien tellement j’étais trop joyeux d’être attablé devant mon menu Mc First option Fish.

Le sourire aux lèvres, j’ai pris ma paille. J’ai délicatement déchiré juste le bout de l’emballage en papier et j’ai porté le petit bout de paille qui dépassait à ma bouche et … j’ai soufflé ! L’emballage s’est envolé telle une fusée pour la lune puis, la vitesse décroissant, il s’est mis à tourbillonner dans l’air pour revenir s’écraser sur la tête de Stannis. J’étais vraiment trop super content d’avoir réussi ce lancer d’emballage de paille et d’avoir atteint une cible de choix : le petit morveux de 3 ans potentiel chouineur devant l’éternel.

J’ai alors posé le bout de ma paille sur le petit opercule percé du couvercle de mon gobelet de Coca zéro. J’ai appuyé délicatement jusqu’à ce que les pré-découpes cèdent et que ma paille s’enfonce dans le soda avec ce bruit caractéristique du frottement de la paille contre le plastique de l’opercule du couvercle….. shriiiiiiiiiittttt …. En fin de course, j’ai configuré mes lèvres en forme de O, je les ai approchées de l’extrémité de la paille et j’ai aspiré. Le liquide est monté dans le tube puis est venu envahir ma gorge. C’était vraiment une sensation extraordinaire, j’étais vraiment trop content de joyeuseté. Les longues minutes d’attente avaient permis aux glaçons de fondre en totalité, noyant mon Coca Zéro façon chirloute d’eau claire. Et en plus, il s’était adapté à la température exacte de l’intérieur du restaurant au mois d’août en pleine canicule. C’était un instant merveilleux de joie et de bonheur et j’étais trop vraiment content de savourer mon Coca zéro dilué et tiédasse.

Reposant mon gobelet, je m’emparais d’une frite et la portais à ma bouche. Le contact de la frite sur ma langue m’a rendu joyeux et rêveur. Telle la madeleine de Proust, la saveur de cette frite m’a ramené des années plus tôt, à l’époque où on jouait à « Espion lève-toi » dans la cour de l’école primaire. Il s’agissait d’écrire un secret sur un morceau de papier puis de manger le-dit papier pour que personne ne le découvre. Sans le savoir, cette frite venait de me remémorer un souvenir enfoui depuis des années. Cette frite venait de rappeler à mes papilles gustatives la texture du papier Canson et l’encre du stylo plume pour un secret bien gardé car mâchouillé. Quelle expérience extraordinaire, j’en ai pleuré de joie devant l’intelligence de cette frite à perdre sa chaleur pendant les longues minutes d’attente pour s’adapter parfaitement à la température ambiante. Tellement emporté par cette joie intense et ce bonheur inattendu, j’en oubliais mon Mc First Fish. Après avoir séché mes larmes de joie, je me décidais à ouvrir la petite et non moins délicate boîte en carton coloré.

Plus fort encore que ces saveurs qui vous remémore des souvenirs oubliés, le délicat fumet qui s’est échappé de la boîte m’a … transporté. Il m’a transporté à Dunkerque, sur le port de pèche, au retour des chalutiers quand les généreux mariniers offrent aux mouettes les restes de poisson sur lesquels elles se jettent avidement.  Ce délicat fumet du poisson oublié sur le pont du chalutier, au soleil, subtilement mariné dans l’eau de lavage du-dit pont. Lui aussi, a su profiter des longues minutes d’attente pour accorder sa température à celle de l’environnement pensais-je… ! Mais je me trompais, c’était encore plus fort, plus intelligent, plus professionnel. En effet, en le prenant dans mes mains, j’ai senti la salade qui parsemait le fond de la boîte. Elle était … si fraîche, tellement fraîche qu’elle semblait tout droit sortie de la chambre froide. C’était décidément trop merveilleux, trop beau et j’étais … trop content.

Alors j’ai bu goulûment mon eau claire tiède en rythmant chacune de mes bouchées de poisson froid d’un ballet de frites cartonneuses. Et j’ai compris que la rondelle de tomate, judicieusement intercalée entre le poisson pané et le buns du dessus sortait, elle aussi directement de la chambre froide quand mes 4 tentatives de mâchouillage ne sont pas parvenu à la rompre. J’étais vraiment trop bien, trop content, trop joyeux alors j’ai souri à la maman qui revenait avec ses 2 happy meal car, en plus, j’allais avoir quelques secondes de silence à côté de moi.

Et il y avait 768 522 personnes qui tournaient dans le Mac Do de Val de Fontenay pour trouver une place … alors moi j’étais super content, super heureux, super en extase tout ça. 

Déjà, Missandei et Stannis se chipougnaient en vitupérant très fort car Stannis il avait le minion avec le slip mauve et que Missandei c’est celui qu’elle voulait parce que il était trop bien et que maman elle avait dit qu’elle lui achèterait autant de happy meal qu’il faudrait pour tomber sur le minion avec le slip mauve et que maintenant …. ouinnnnnnnnn … Oui, les parents son fans de Games of Thrones !

Le texte de cet article en audiodescription pour les personnes … qui veulent pô lire 😉

Le tour de … pas la France 2017

Il est des sujets avec lesquels il est très facile de vanner. Genre, vous déambulez dans les allées du supermarché, à la recherche du nouveau « skip ultra fines bulles aux Oméga3 enrichi à l’huile essentiel de mémorax téraxoplaxomilaire« . Oui, vous savez, c’est la nouvelle lessive de dash qui ne se contente plus de laver le tissus mais qui régénère la fibre pour la rendre plus neuve que quand vous l’avez acheté. Genre, si on utilise ce nouveau skip sur le saint suaire … pouf ! Jesuce chrisme réapparaît ! Donc si tu mets ta momie de toutencamion dans la machine avec un peu de skip nouvelle formule, pouf ! les bandelettes sont ressuscitées et le pharaon sort du tambour … si si c’est vérifié scientifiquement. C’est même le type de la pub sur TF1 qui le dit alors tu vois. Retenez bien cette histoire de momie, c’est important pour la suite, vous allez comprendre.

Bon donc, tu marches, comme ça dans les allées de la grande épicerie et là, tu tombes sur une nana – ou un mec d’ailleurs, c’est comme les pantacourts, c’est unisexe – qui est au téléphone avec on ne sait pas qui, mais visiblement on comprend qu’il y a litige. Et le contentieux porte sur la nature du repas du soir. L’un souhaite prendre une pizza géante 4 saisons fromage olives noires et pipistrelles mais manifestement au bout du fil, l’autre tente d’expliquer qu’elle préfère quelque chose de plus léger comme … une salade verte sans sauce. Et s’en suit un échange confondant de niaiserie argumentative sur les bienfaits de la nourriture végan à base de rien agrémenté d’un peu de vide et, éventuellement mais uniquement le dimanche, saupoudré d’air des Vosges que l’on trouve en bouteille de 75 cl dans toutes les bonnes épiceries Bio. Alors que le monsieur veut simplement déguster une oeuvre d’art de la gastronomie italienne accompagnée de ce merveilleux breuvage alsacien produit dans ce petit, mais ô combien célèbre village d’Obernai – attention, pas le pinard mais la boisson qui te façonne des abdos éponymes – en très bonne compagnie de ses meilleurs amis, tout en regardant un documentaire télévisé consacré aux participants d’une épreuve intellectuelle qui voit s’affronter 2 équipes, bigarrées de couleurs différentes, pour obtenir la garde d’un objet dont la particularité physique est à la poule ce que l’oeuf est à Christophe Colomb … le navigateur, pas le maire de Lyon.

Donc à ce moment précis, tu es incapable de retenir un fou-rire de la mort qui tue la grand-mère en claquette/chaussette au Tocadéro quand il fait chaud. Et pouf ! vanné 🙂

Bon, après évidemment tu peux lâcher un « hé mec … c’est toi GargaMélenchon sans cravate ? » Pouaaaaaaaah comment je t’ai cassé ! Mais bon, c’est trop facile. Tiens mais voilà que je fais encore une fois référence à Mélenchon. Ca va faire maintenant plus de 5 ans que je ridiculise Mélenchon dans mes articles, il y a vraiment un truc …

Mais revenons à nos moutons ou plutôt à notre « Tour de pas la France 2017 ». Et vous allez comprendre pourquoi c’est la grosse vanne du moment.

Allez … ambiance caravane du tour de pas la France …

Voyez-vous, ce matin, j’écoutais France info et voilà t’y pas que la journaliste parle des cyclistes qui vont s’élancer de … Düsseldorf. Oui j’ai pris les infos en cours de route. Alors le curieux que je suis, se demande où se trouve Düsseldorf … en France. Bein oui parce que moi, je ne suis pas du genre à me faire « Fake Newser ». Je ne suis pas du genre à sortir, en pleine discussion mondaine, un truc du genre « Ha mais, je l’ai vu sur un tableau comparatif, le type au RSA gagne plus que le mec qui bosse alors franchement … » et là, toute l’assemblée se tait, consternée car le type qui sort ce poncif gratuit vient de se ridiculiser en démontrant qu’il s’est fait « fake newser » … la honte s’abat sur lui et sa famille pour des siècles et des siècles … amen !

Donc, je vérifie l’information. Du, du … Douchy-les-Mines,  Dourdan,  Darnétal,  Digoin .. Ha ouais Digoin hé hé Digoin … Du, du … Dombasle-sur-Meurthe, Domérat, Dugny … ha on y arrive … du, du … Divonne-les-Bains … oui, ça c’est parce que je trouve rigolo … Divonne-les-bains … hé hé … rigolo … Bon, soyons sérieux, Du, du … Dury, Dussac,  Duttlenheim, Duvy, Duzey … bein … pas de Düsseldorf ! Boh, c’est quoi cette histoire, il n’y a pas de Düsseldorf en France ? Alors c’est où le départ du tour de pas la France 2017 ?

Je reprends mes esprits et j’entends la journaliste interviewer un certain Prudhomme. Tiens, ils ont changé de sujet ? Nous voilà sur la loi travail maintenant et cette histoire de plafonnement des indemnités aux prud’hommes ? Purée faut suivre franchement. Hé France info, faudrait voir à terminer vos sujets hein ! On ne peut pas passer comme ça de la poule à la jument … oui, du coq à l’âne, je sais. Mais en ces temps d’égalité homme-femme, j’ai voulu être dans le ton. Bon, alors qu’est-ce qu’il nous dit ce type … « bla bla bla l’Allemagne bla bla bla le président Macron bla bla bla la chandelière allemande et patati et patatata super réconciliation et amour éternel pour toujours tout ça machin donc c’est pour ça que le tour de pas la France 2017 part de Düsseldorf en Allemagne« . Quoi ? que les prud’hommes parlent de Macron je comprends. Mais qu’ils parlent du tour de pas la France ? Ne me dites pas que Poulidor demande une indemnité de licenciement … Hein ?

« Merci Christian Prudhomme, je rappelle que vous être le directeur du Tour de pas la France 2017« .

Ha d’accooooooord, le mec il s’appelle comme … le cheval de bataille de la CGT sur la loi travail ! Hé hé, cheval … jument … coq, poule tout ça … ça fait un peu basse-cour mon article. Faut que je me reprenne.

Alors attends, le mec qu’est directeur du tour de pas la France 2017 vient nous expliquer qu’il a choisi Düsseldorf en Allemagne parce que la France et l’Allemagne c’est le retour du grand amour, du couple franco-allemand, de la grande Europe et tout et tout … ouais, ouais, ouais … alors je t’explique pépère. Ta ville de départ, tu l’as choisie il y a 2 ans. Et il y a 2 ans, tous les plus grands journalistes, éminent spécialistes de la politique nous prédisaient tous, à l’unanimité, une victoire des « pas gentils d’la marine » et la sortie de l’Europe. Souvenez-vous de tous ces vieux journalistes, qui étaient déjà vieux quand ils commentaient le départ du Général de Gaulle pour Baden-Baden. Ces Catherine Nay, Michèle Cotta, Charles Villeneuve, Gérard Carreyrou, Robert Namias, Jean-Michel Aphatie, Alain Duhamel, Christophe Barbier, toutes ces momies du sanctuaire des médias, nous expliquaient, avec force détails scientifiques et sondage Opinion Way, l’arrivée inéluctable du repli sur soi en France. Et toi, le directeur du tour de pas la France, il y a 2 ans, tu aurais vu dans ta boule de cristal que la France choisirait la voie de l’intelligence et de l’ouverture au monde, de la grande Europe et donc tu aurais choisi Düsseldorf pour le départ de ton tour de pas la France 2017. Non mais … tu me prends pour un spéculoos ou quoi ? Dis plutôt que tu avais abusé de la ganja et pis c’est tout. Vous avez compris ? hein ? Les momies tout ça … ressorties de leurs bandelettes avec la super lessive … ok ?

Bon, donc mon tour de pas la France, voilà t’y pas qu’il part … d’Allemagne. Alors après on nous explique que c’est heu … pour le souvenir d’un certain Herbert von houle riche. Oui, tous les allemands s’appellent « Herbert von » … j’ai fait allemand 1ere langue alors c’est dire si je m’y connais … Herbert von beethoven, Herbert von Brecht, Herbert von Offenbach. Je les ai tous étudiés et je m’en souviens comme si c’était hier. Mais celui que j’ai préféré c’est quand même Herbert von Schubert, le célèbre poissonnier de Düsseldorf justement. Il doit sa notoriété – en allemand on dit notorischkundafentroffenblieck, oui l’allemand c’est simple, tu prends les mots et tu les allonges d’au moins 15 à 20 syllabes en prenant bien soin de mettre des sons qui accrochent l’oreille – bon bref, notre Herbert von Schubert il doit sa notoriété à sa recette de la truite meunière.

Bref, c’est donc en mémoire de ce Houle Riche que le tour de pas la France 2017 part de Düsseldorf. Mais bon, quand même pas trop … parce que le typeuuuu … cycliste de son état, il a gagné un tour de pas la France il y a longtemps mais heuuu …. après on s’est rendu compte que c’était pas trop normal qu’il fasse pipi tout bleu …. heuuu …..  alors lui il a dit que c’était à cause du Harpic mais bon quand même heuu …. les chimistes y z’ont dit qu’y  avait des substances pas trop habituelles dans son pipi et qu’avec un verre de son urine on aurait pu faire péter 3 fois la porte de Brandebourg. Mais bon, parait que c’est normal chez les cyclistes, cette propension à ingérer du Harpic pour pédaler plus vite.

Bon allez, après Düsseldorf … y vont où les cyclistes ?

A Düsseldorf !

Non, je te demande … « le monsieur te demande vers quelle ville se dirigent les cyclistes après le départ de Düsseldorf ? »

Et la réponse est « Düsseldorf » …

tu te fous de moi ou quoi ?

Non, non, ils font un petit tour dans Düsseldorf et ils reviennent au point de départ.

Ha ouais … ils font du tourisme à vélo quoi … un peu comme quand je prends un Vélib pour me balader dans Paris le dimanche …

Voilà … c’est ça .. sauf que eux … y peuvent pas s’arrêter chez ladurée acheter des macarons. Bon, en même temps … à Düsseldorf … t’as pas ladurée.

Oui mais … tu pourrais acheter aut’chose, je sais pas moi … des saucisses !

Ha non, les saucisses c’est à Frankfurt. A Düsseldorf, les cyclistes pourraient s’arrêter pour acheter de l’erbsensuppe mais il y a un problème … le jarret de porc, ça passe pas dans le bidon …

Ha mince, pas cool …

Bon, alors on dira que c’est une étape qui sert à rien. Et après, y vont où ? car ils finissent bien par partir, non ? Ou bien il restent tout le temps à … Düsseldorf ?

Bein après, ils vont … à Liège, en Belgique.

Ha bah oui, logique puisque c’est le tour de pas la France 2017. Et après ?

Bein … Luxembourg.

Hé oui … bon, ne me dis rien … après ils vont … à … Pfaffenhofen ?

C’est où ça … Pfaffenhofen ?

Bein c’est en Autriche voyons …

Ha non, pas du tout ! Après ils vont à … Vittel !

Vittel ? Il n’y a pas de Vittel en Autriche à ma connaissance, ni en Pologne …

Mais non, Vittel … le Vittel … dans les Vosges … en France voyons !

Quoi ? En France ? Le tour de pas la France 2017 qui viendrait … en France. Non mais … tu te ficherais pas un peu de ma tronche ?

Bah, et pourquoi pas qu’y viendrait pas en France le … tour de pas la France 2017 ?

Oui, bon aller, je te l’accorde. Mais ne me dis pas qu’il va suivre les frontières pour faire un … un tour de la France … hein ?

Ha noooonnnnnn, non t’inquiètes …. il va faire des p’tits bouts par ci par là … pas plus. Et de toute façon … y’a plus d’avion que de vélo alors tu vois !

Tiens par exemple, le 9 juillet c’est Nantua … le fameux raccourci de Nantua qu’on a jamais trouvé … pis après, c’est … Périgueux ! Ha ha … hein … ça t’en fout un coup dans l’tour de pas la France, ça hein ? C’est esseprès pour te titiller les neurones façon cognitive, tu vois.

Parce que là, l’auditeur se dit « Attends, je connais Nantua … c’est dans les Alpes, pas loin de la Suisse, là où’s qu’on fait la fondue savoyarde. Et Périgueux c’est … c’est … là où’s qu’on tue tout les canards à cause de la grippe à bière – la fameuse bière de … Düsseldorf -, et qu’on mange du foie gras. Ha ouais mais… quand j’étais à l’école, je revois cette carte de France en plâtre pour voir le relief et entre la fondue savoyarde et le foie gras il y avait … des volcans et … une eau qu’elle s’appelorio quézac !  »

Alors là, l’auditeur se dit « j’ai un problème de géographie. Le cycliste peut pas être à Nantua le 9 juillet et à Périgueux le 10. Donc, comme l’auditeur veut pas se faire « fake newser », il prend une carte de France. Il prend … son calendrier des PTT avec les p’tits chatons en couverture. Il ouvre à la carte de France et il voit bien qu’il y a un problème. Parce qu’entre Nantua et Périgueux bein … même si tu prends la nationale, bein y’a pas loin de 550 kms ! Alors bon … 550 kms pour un cycliste … avec une bonne dose d’Harpic qui fait le pipi tout bleu ça se fait, c’est pas la question. Mais y’a quand même les volcans. Et tu m’enlèveras  pas de l’idée que les volcans, bein … c’est pas avec de l’eau, même gazeuse, que tu les passeras. Alors l’auditeur y comprend que les cyclistes y vont prendre l’avion. Et comme ça, on fait réviser la géographie. Tu comprends ? C’est un concept … le tour de pas la France c’est pour que tu révises ta géographie, et pis c’est tout ! »

Bon, en même temps, c’est ballot parce que … ça arrive après le bac et le brevet des collège donc tu peux pas t’en servir pour réviser du … tour de pas la France.

Ouais bon, ça c’est juste un petit problème de timing qu’il nous reste à sécuriser. On va checker ça avec l’équipe et l’année prochaine on est dans le bon timing … promis. Alors, tu l’achètes mon concept de tour de pas la France 2017 ?

Écoutes, je ne sais pas. Faut encore que je réfléchisse. Parce que je viens justement d’avoir une autre proposition d’un mec qui dit vouloir faire un truc complètement dingue. Il me propose un événement qui s’appellerait … « Le tour de France » ! Il parait qu’en 1920, ils l’ont déjà organisé et que les cyclistes bein … il faisaient vraiment le tour de la France !
Mais non … n’importe quoi. Il se moque complètement de toi le mec

Carte du tour de France 1920

Franchement, tu devrais faire attention aux arnaques parce que l’autre jour j’ai croisé un type qui proposait d’organiser un rallye automobile qui s’appellerait « Paris –  Dakar ». Et tu sais quoi ? Le mec proposait que le départ soit à Paris et l’arrivée à … Dakar !!! Non mais, tu vois pas l’arnaque …

Le texte de cet article en audiodescription pour les personnes … qui veulent pô lire 😉

 

Comment j’ai réglé mon avis de second acompte 2017 en ligne

Bon, vous l’avez compris, je vais vous narrer comment je viens de régler mon 2ieme tiers provisionnel directement par internet. Oui, l’administration publique a changé la sémantique mais « second acompte 2017 » c’est la dénomination d’aujourd’hui de ce que la même administration publique appelait autrefois « 2ieme tiers provisionnel ». Je ne sais pas si c’est plus … tendance … mais bon, c’est comme cela qu’il faut dire aujourd’hui.

Hé oui, il faut se mettre au goût du jour. Et se mettre au goût du jour, ça ne me fait pas peur, moi ! Je suis de ceux qui se sont promis de ne jamais vieillir, de ne jamais tomber dans la facilité de ces vieux qui, progressivement tombent dans le … « c’était mieux avant !« . Parce que … si on y réfléchi vraiment bien … bein … c’est pas vrai, c’était pas mieux avant … c’était … c’était … bein c’était comme ça devait être à chaque époque. Mais franchement il n’y a pas de quoi regretter le passé.

Regardez, moi par exemple, je suis né en … bon, disons, il y a quelques temps. Hé bein, j’étais encore tout bambin sachant à peine marcher et parler que sortait le 1er épisode de la guerre des étoiles, ha ha ! Ca claque ça, hein ! donc je pourrais me dire « ho bein oui alors, c’était mieux avant !« . Sauf que le 1er épisode, c’était en fait le 4 et qu’il faudra attendre 22 ans pour avoir le numéro 1. Alors ? hein ? C’était vraiment mieux avant ?

Pis attendez, c’est pas tout. J’ai du attendre d’avoir 11 ans pour toucher mon 1er computeur ! Et alors attention, c’était l’époque du plan informatique pour tous de Fabius alors 1er ministre. C’était l’époque du … MO5 de Thomson. Fabrication 100% française et un slogan en béton : « Apprendre l’informatique à nos enfants, c’est les préparer aux emplois de demain…Pour nous, la France avance « . Bon moi, j’avais un papa en avance sur son temps alors il m’a dégoté un … TO9 du même Thomson évidement. Ho purée qu’il était chouette mon computeur … comme dans le film « Wargames » sorti en 1983. Bon, quand je disais que mon rêve c’était d’avoir un terminal plutôt qu’un computeur isolé … tout le monde rigolait et me prenait pour un … un … gamin un peu illuminé. Un terminal c’est un ordinateur connecté à plein d’autres ordinateurs pour pouvoir communiquer avec beaucoup d’autres passionnés d’informatique. Un peu comme … internet finalement … alors oui, je devais être illuminé au début des années 80 🙂

Bref, regardez comme il était chouette mon TO9. Avec lui j’ai découvert la programmation. Pour faire une addition de 2 chiffres il me fallait suer sang et eaux pendant 3 jours de codage acharné pour finalement afficher, 2 + 3 = 5 ! Ha ha C’est donc vrai que c’était mieux … avant ? Aujourd’hui, Microsoft me donne Visual Studio.Net qui me permet d’assembler en 2 clics des briques logiciel qui m’affichent toutes les fonctionnalités d’un logiciel plus puissant que n’importe quel applicatif ultra basic que j’aurais mis 6 mois à développer … et avec plein de bugs ! Et à l’époque du TO9, il fallait acheter le journal « hebdogiciel » pour récupérer des lignes et des lignes de codes que je devais retaper une à une pendant des heures et des heures. Alors qu’aujourd’hui je vais sur les bons sites et hop … copier/coller … en 2 secondes c’est fait ! Alors ? c’était vraiment mieux avant ? Et attendez, ce n’est pas tout. Mon TO9 … il n’avait pas de … disque dur ! rien que des disquettes dont la taille s’exprimait en Kilo octets ! Et attention 128 Ko, c’était un monstre ! Aujourd’hui on met dans notre poche une clé USB de plusieurs Giga, un disque dur amovible de plusieurs … Téra ! Alors c’était vraiment mieux avant ? Hum … l’époque du « 3615 code qui n’en veut » sur le minitel, c’était mieux ? hein ?

Et encore, je ne vous ai pas parlé du célèbre … WalkMan :

Franchement, il est pas chouette, hein ? Avec les cassettes qu’il fallait introduire par la porte avant … avant de se rendre compte que c’était pas le bon côté ! Que la chanson que tu voulais écouter elle était de l’autre côté … tout au début. Alors évidemment tu pouvais appuyer sur le bouton « Rewind » mais … ça bouffait les piles à vitesse grand V. Alors si, comme moi, tu étais à l’internat sans possibilité d’aller racheter des piles bein … t’avais pas d’autre choix : tu faisais le « Rewind » méthode artisanale ! à la main ! Si si … avec un crayon à papier que tu enfilais dans un des deux rouleaux de la cassette et zou … tu faisais tourner la cassette autour du crayon pendant … pendant … pendant … fiouuuuu 3 plombes. Tout le monde faisait ça au dortoir le soir avant l’extinction des lumières. Du coup, il y a avait un bruit de fond de … SouiSouiSouiSoui !

Et bout de 3 plombes … fier de ton exploit, tu remettais la cassette dans le walkman pour te rendre compte que … bein non finalement, c’était bien de l’autre côté ! Un peu comme les 3 sens de la clé USB d’aujourd’hui : je branche ma clé … ha mince, non, c’est dans l’autre sens … ha bein non finalement c’était bien dans l’autre sens 🙂 Alors c’était vraiment mieux avant, hein ? Ipod ou … cassette à bande ? hein ? C’était vraiment mieux avant ?

Bon, pour en finir avec tous ceux qui nous serinent les oreilles du « c’était mieux avant !« , je les achève avec cette étude très sérieuse et surtout très scientifique de l’INSEE. Oui, oui, je vous parle bien de l’institut national de la statistique et des études économiques. Lisez bien, le résultat de l’étude est résumé ici « Le rythme de l’inflation atteint au cours des 15 dernières années (+1,4%) est ainsi inférieur à celui des quinze années précédentes (+2,1% entre 1986 et 2001), pourtant marquées par un contre-choc pétrolier et des baisses de TVA. « . En clair, pour ceux qui n’auraient pas compris : il y a moins d’augmentation depuis qu’on est passé à l’euros qu’avant ! Ha … ils disent quoi maintenant ceux qui nous bassinent avec leur « c’était mieux avant ! » ? Et le coup des patates qui coûtent plus cher à cause de l’euros c’est … une fake news.

Mais bon, revenons à nos moutons puisque je voulais vous parler de … mon 2ieme tiers provisionnel. Voyez-vous, j’ai entré « hache té té pé esse tou poyent slache slache dabeul you, dabeul you, dabeul you, poyent impots poyent gouv poyent héf air« . Puis j’ai entré mon code top secret que je suis le seul à connaître. J’ai cliqué sur « Payer en ligne mes impôts ». J’ai validé le montant et zou … c’est fait ! Montre en main, moins de 2 minutes. Alors ? hein ? c’était mieux quand il fallait rédiger son chèque à la main en se demandant si 15 millions ça prend un « S » à la fin ou pas. Puis trouver une enveloppe. Ensuite prendre sa bagnole et se rendre au trésor public pour poireauter 3 plombes avant que le numéro de votre ticket coïncide avec l’afficheur rouge du bureau du receveur des impôts. Lui tendre la dite enveloppe et attendre qu’il vous remercie au nom de la France avec son sourire administratif et ses petits ronds de cuir cousus aux coudes de sa veste pour en éviter l’usure. Ha ha, Hein ? alors, c’était mieux avant ? hum ?

Bon, il me reste quand même une question. Voyez-vous, tous les services publics sont engagés dans la « Dé-Ma-Té-Ria-Li-Sa-Tion ». Mais beaucoup de français souhaitent tout de même conserver la réception papier des documents. Je fais partie de ceux-là. Donc l’administration fait tout pour inciter les usagers à « consentir » à la dématérialisation totale. Mais nous sommes nombreux à résister. La simple question « Consentez-vous à ne plus recevoir votre avis d’imposition en version papier ? Oui – Non » ne marche plus car tout le monde répond « non ». Il lui faut donc trouver des trésors sémantiques pour nous emberlificoter le truc. Et cela donne la fenêtre pop’up qui s’est affichée quand je me suis connecté sur impots.gouv.fr :

Regardez-bien : pas de question « oui – non » mais plutôt un truc tarabiscoté qui ne te donne pas d’autre choix que de valider le fameux « consentement ». Il n’y a pas de bouton « annuler » ou « invalider » … non, il n’y a qu’un seul bouton « valider » . HAAAaaaarggghhh moi je ne veux surtout pas … et là, le réflexe du geek … je clique sur la petite croix en haut à droite de la fenêtre ! BAAAAAMMMM dans ta face le « consentement » … la fenêtre disparu, je peux continuer tranquilou sans avoir validé 😉

Le texte de cet article en audiodescription pour les personnes … qui veulent pô lire 😉

Je construis le R2-D2 d’Altaya

Bon, ce n’est pas un billet comme les autres. Ici pas de longue histoire habilement détournée d’un fait divers puisqu’on est au printemps 😉 Vous savez, le genre d’aventure que je viens de vivre mais que je caricature un peu, ce que j’appelle ma « réalité augmentée ». Ici vous trouverez le post que j’actualiserai régulièrement au fur et à mesure de la construction de … R2-D2 ! Hé oui, pour tenir compagnie au Dark Vador et au maître Yoda qui trônent dans mon atelier, il me fallait le célèbre droïde astromécano R2-D2. Mais attention, pas n’importe lequel, celui proposé par altaya. Le concept classique de l’abonnement mensuel appliqué au célèbre droïde de la saga star wars.

Voyez-vous, je suis abonné depuis le … 16 janvier 2017 … allez savoir pourquoi … pile cette date 😉  et j’ai commencé à recevoir les 1er numéros … En Marche! … pardon, je voulais dire … en mars 😉 Chaque mois, je reçois 3 numéros avec différentes pièces à monter moi-même. Et si tout va bien, dans 100 numéros, soit début février … 2019 j’aurai terminé 😉

Celui-ci est à l’échelle 1/2, je ne vais donc pas rivaliser avec les geek qui construisent leur R2-D2 au sein du « R2-D2 Builders Club » et ce n’est pas du tout mon intention. J’ai juste envie de me faire plaisir en assemblant moi-même toutes les pièces de R2-D2. Du coup je mettrai régulièrement à jour cet article jusqu’au début 2019. Et je vous raconterai, par exemple, la galère d’un astigmate qui doit manipuler des vis de 2 mm.

Du coup, vraisemblablement sans le savoir, Altaya avec son R2-D2 propose un test d’astigmatisme : quand tu essaies de mettre la vis de 2mm dans l’écrou et que, même avec tes lunettes, tu tires la langue, tu te tortilles sur ton tabouret, tu tournes la tête dans tous les sens, que tu jettes des « screugneugneu » à tout bout de champs et qu’à la fin, la vis tombe à côté de l’écrou bein … il est temps de retourner chez l’ophtalmo 😀 Bon, allez, je vais faire mon psychologue de base : c’est ce qu’on appelle un « apprentissage vicariant » 😉

News du 29/07/2017

News du 14/04/2017

Le texte de cet article en audiodescription pour les personnes … qui veulent pô lire 😉

Quelques liens :

La collection Altaya : http://www.altaya.fr/modelisme/collection-maquette-r2d2

Génération Jedi sur France Info : http://jedi.franceinfo.fr

Interview Alexandre Orion : jediisme