Le supermarché improbable

Le texte de cet article en audiodescription pour les personnes … qui veulent pô lire 😉

Ce soir je suis dans le tram, assis à mon club quatre, réfléchissant comme à mon habitude. Voyez-vous, je suis du genre à anticiper, à organiser, bref à planifier. Dans le jargon technique de la psychologie on va dire que je suis plutôt J sur la dimension J–P du MBTI. Et surtout, ne venez pas me dire qu’il s’agit d’une dimension Jungienne ! Oui, j’y tiens. Car Young n’a proposé que trois dimensions : E–I, S–N, et T–F. La dimension J–P a été ajouté par les auteurs Isabel et Katherine Briggs. Alors je vous en prie ne faites pas comme certains mauvais psychologues qui pensent que les quatre dimensions ont été proposées par Young dans sa célèbre typologie. Et ne me demandez pas non plus pourquoi Isabelle et Catherine portent le même nom.

Mais voilà que je m’égare car à l’origine il ne s’agit pas de parler du MBTI. Il s’agit de parler d’un supermarché improbable.
J’étais donc dans mon tram T3, assis toujours sur mon club quatre, réfléchissant à ce que j’allais manger ce soir. Échafaudant de nombreuses hypothèses, oui je suis du genre à anticiper comme je vous l’ai déjà expliqué. Échafaudant de nombreuses hypothèses, disais-je, j’en arrivais à cet insight, c’est-à-dire à cet éclair transcendant qui vous apporte cette réponse que vous cherchez depuis des heures et des heures. Et en l’occurrence ici, cet insight n’est autre qu’un … pot de rillettes !

En effet en réfléchissant à toutes les hypothèses de mets culinaires qui pourraient faire mon repas du soir, je me suis souvenu que j’avais dans mon placard en haut à gauche de ma cafetière KRUPS à broyeur intégré, un petit pot de rillettes qui devraient être bien bonnes car elles viennent du Mans. Et ce n’est pas une forfaiture, ni une invention de ma part car … c’est marqué dessus !

J’ai donc poursuivi ma réflexion en partant de l’hypothèse « rillettes ». Mon schéma cognitif est alors le suivant : tout d’abord s’interroger sur les conditions dans lesquelles les rillettes du Mans seront les plus goûteuses ? A cette question tout le monde vous répondra sans exception : « délicatement étalées sur un morceau de pain frais et croustillant ». Il me faut donc trouver une boulangerie susceptible de me fournir en pain frais et croustillant.

Ici mon heuristique de raisonnement est assez simple puisque j’identifie immédiatement la boulangerie du bas de chez moi. Mais, il est nécessaire de prendre en compte quelques caractéristiques. Nous sommes vendredi, il est 17 heures, le pain le plus frais et le plus croustillant sera donc celui de la fournée du soir qui est disponible, d’après mes observations, après 18 heures. Il faut donc que j’arrive à la boulangerie du bas de chez moi après 18 heures, mais avant 19h15 car à cette heure … il n’y a plus de pain.
Je me vois déjà, tartinant délicatement mes rillettes du Mans sur la baguette tradition tout juste sortie du four, fraîche et croustillante à souhait. C’est alors que j’imagine le petit carré de pain surmonté d’une épaisseur consistante de rillettes, accompagné d’un cor … sacrebleu, je comprends immédiatement la faille de ma démonstration. Et le gâchis gastronomique si je ne résous pas d’abord cet imbroglio : je n’ai plus de cornichons chez moi.

Heureusement que je suis du genre à anticiper car la rillette a beau être étalée sur du pain frais et croustillant, si elle n’est pas accompagnée d’un cornichon c’est toute une tradition française qui est bafouée. Il me faut donc trouver rapidement et en tout cas avant 18 heures un pot de cornichons de bonne facture.
Première hypothèse, je passerai au petit magasin Franprix avant de passer à la boulangerie et je pourrai trouver un pot de cornichons. Encore une fois mon anticipation me permet d’évaluer la qualité des cornichons que je peux trouver dans mon petit magasin Franprix. Je me souviens en effet que le dernier pot acheté était rempli de cornichons tellement fins que j’ai du les prendre à la pince à épiler. Des cornichons fins, je veux bien, mais il faut quand même qu’il y ait de la matière à croquer. Il me faut donc trouver un autre lieu d’approvisionnement en bocal de cornichons.
J’en étais là de mes réflexions, lorsque je m’aperçois que mon tram T3 est en approche de la gare de Rosa Parks. Je jette alors un œil sur l’horloge gigantesque totalement incrustée dans le mur de la station RER : 17h25. Autant dire que si je prends le RER de 17h35, je risque d’arriver un peu tôt à la boulangerie. Je décide alors de profiter du petit temps que j’ai à tuer devant moi pour me rendre chez l’épicier Édouard Leclerc de Rosa Parks.

Voyez-vous Rosa Parks est une station RER relativement récente et les aménagements autour de Rosa Parks sont encore plus récents. Il y a la des dizaines et des dizaines de magasins, de restaurants, de croissanterie, bref nous sommes là dans un quartier totalement rénové façon « branchouille ». Je veux dire par là que nous sommes très loin de l’architecture douteuse, et principalement cubique voir parallélépipédique rectangle, des magasins de zones commerciales. Pour le dire autrement, nous sommes très loin des zones commerciales affreuses, composées de hangars en tôles aux couleurs tantôt blafardes tantôt criardes qui enlaidissent les paysages de nos périphéries urbaines par des non-sens esthétiques qui insultent les yeux des hommes et des femmes qui se précipitent à l’intérieur, non pour consommer voracement, mais pour s’épargner la vision d’horreurs métalliques qui étalent au grand jour notre régression architecturale depuis des millénaires et le modèle de la périphérie urbaine du Caire magnifiquement aménagée du côté du plateau de Gizeh … trois petits points de suspension … comprenne qui peut … ou qui veut mesdames et messieurs de la grande distribution responsables de la défiguration de nos périphéries urbaines et PAF ! ça … c’est fait !

Bon, où est-ce que j’en étais ? Ha oui, voyez-vous, lorsque vous entrez dans l’épicerie Édouard Leclerc de Rosa Parks, après les classiques portillons automatiques, vous pénétrez dans un intérieur aux couleurs chatoyantes et à l’équipement électronique branché et connecté de la dernière génération. Par exemple vous avez un appareil qui transforme vos pièces de monnaie en bons d’achat. J’ai pas du tout compris l’intérêt d’une telle fonctionnalité mais bon si ils l’ont fait c’est que ça doit servir. Un peu plus loin vous avez sur votre gauche une espèce de cage vitrée transparente derrière laquelle défilent des clients à la queue leu leu. Vous vous demandez bien ce qu’ils font jusqu’à ce que vous découvriez qu’ils passent leurs articles sur les caisses automatiques sans caissière. Encore un peu plus loin, derrière son comptoir, le monsieur de la sécurité récupère votre sac, exactement comme la conciergerie. C’est-à-dire qu’il prend votre sac, va le ranger dans un espace dédié, et vous donne en échange un petit carton avec un numéro. Autant dire le grand luxe des palaces parisiens à la portée du client d’Édouard Leclerc.

Je pénètre donc dans le magasin, admirant devant moi les kilomètres de linéaire. Mais attention pas des linéaires en tôle blanche blafarde, toute tordue, à l’image de l’architecture en tôle cubique desdits magasins. Non, non, non devant moi ce sont de magnifiques étalages design, de couleur noire comme les célèbres berlines allemandes, recouverts de bois, sans aucun doute de sapin des Vosges à ce niveau de qualité. Voyez-vous, dans ce magasin les étiquettes ne sont pas toutes pourries et illisibles comme dans tous les autres magasins. Ici les étiquettes sont fabriquées dans la même technologie que les liseuses sur lesquels vous téléchargez le dernier Guillaume Musso. Oui alors là je préfère prévenir tout de suite, j’ai cité Guillaume Musso juste pour que les moteurs de recherche genre Google répertorient mon article. En effet si j’avais choisi un autre auteur plus intéressant, voir même Carl Gustav Jung, la probabilité pour que Google référence mon article aurait été bien plus faible. Tout cela pour dire que je n’ai jamais lu Guillaume Musso et que je serais bien incapable de citer quoi que ce soit de sa plume.

Bon, vous l’avez compris le magasin est hyper tendance. On pourrait même dire qu’il est « hype ». Et là vous vous dites « mais où est-ce qu’il veut nous emmener avec son histoire de magasins ultramodernes ? ». Et bien voyez-vous, dans ce magasin ultramoderne, ultra design, ultra tendance et tout et tout, et bien on ne trouve rien ! Car mon bocal de cornichons, je ne l’ai jamais trouvé. Ha ça … des cornichons j’en ai trouvé ! Et pas que dans les clients ! Des cornichons à la Russe, des cornichons aigres-doux, des cornichons au vinaigre balsamique, des cornichons au sel de Guérande, des cornichons au piment d’Espelette, des cornichons sans Glyphosate … oui, là j’ai un peu inventé mais c’est pour la même raison que le Musso du dessus : le mot « Glyphosate » est très tendance  en ce moment, donc en le rajoutant PAF les moteurs de recherche vont relayer mon article et BIM cet article aura plein de statistiques, de faulauweurs et tout et tout.

Bon, où est-ce que j’en étais ? Ha oui, des cornichons machin tout ça, des cornichons au jus de pruneau d’Agen, des cornichons élevés sous la mer, des cornichons sans sucre ajouté, des cornichons à 25% de matière grasse et sans oublier, évidemment, les célèbres cornichons du bassin d’Arcachon !

Mais des cornichons tout simples, que nenni … nada … rien … impossible de trouver un bocal de cornichons tout simple.

De guerre las j’ai donc renoncé à ma quête du cornichon dans cette épicerie. Car oui il faut le dire et dénoncer cette situation intolérable où, en France, en 2017, l’administration autorise l’ouverture de magasins improbables dans lesquels on ne trouve pas de cornichons basiques. Alors même qu’il en va de l’avenir de notre gastronomie.  Je repense ici à mes rillettes orphelines … reposez en paix … le frigidaire sera votre caveau pour l’éternité tant que je ne trouverai pas de cornichons … amen !

Alors je le demande solennellement au gouvernement : il faut obliger les épiciers à vendre des cornichons … génériques ! On a su le faire pour les médicaments, il faut le faire pour les cornichons !

 

Publicités

Bref, je suis allé en mission (1)

Le texte de cet article en audiodescription pour les personnes … qui veulent pô lire 😉

Dans mon métier, on dit « Je vais en mission à … « . Rien à voir avec une mission secrète, James Bond, tout ça. Non, non, c’est juste qu’on part en déplacement professionnel. Et la destination est importante car c’est rarement l’endroit où tu passerais tes vacances. C’est genre « Je vais en mission à Montargis ».

Bon parfois, la destination est pas mal. Mais comme tu y vas pour bosser, bein … t’as pas vraiment le temps d’en profiter. Alors que tu ailles à Venise ou à Montargis, c’est pareil.

Bref, je suis allé en mission à Montpellier. Et Montpellier, en pleine canicule… c’est chaud. Et dans mon métier, quand on va en mission, ça veut dire qu’on va auditer. C’est marrant comme la perception change suivant que l’on est d’un côté ou de l’autre de la mission. Moi je trouve ça sympa. Mais de l’autre côté, ils ont les copeaux, ils fouettent, ils tremblent, ils sont tout blancs …

Bref, je suis allé en mission à Montpellier

Une mission, ça commence toujours par la logistique. Oui, il y a aussi le boulot qu’il faut préparer. Mais j’en parle pas ici. Donc la logistique ou dit autrement, la « résa d’hôtel ». Tu te connectes sur le site du prestataire, tu entres Montpellier. Tu précises les dates. Et pouf ! tu as la carte avec les hôtels possibles : une petite flèche verte et l’hôtel est « dans les prix », une petite flèche rouge et l’hôtel est … « pas dans les prix ». Pour le dire autrement, réserver à Montpellier en juillet en s’y prenant la semaine précédente c’est … que des flèches rouges. Alors là, tu peux prendre un hôtel « flèche rouge » mais il faut passer par un circuit de validation à 2500 niveaux qui va jusqu’au président de la république avant de revenir par le même circuit. C’est possible … mais seulement en théorie. Alors il reste le joker. Non, non, pas l’appel à un ami mais … l’appel à l’assistante.

Moi : « dis Stéphanie, je ne trouve pas d’hôtel dans les prix pour la mission à Montpellier lundi prochain »

Stéphanie : « T’inquiète, je m’en occupe »

Moi : « OK super. Heuuu … pas à Tataouine quand même … hein ? »

Stéphanie : « Mais non … fais moi confiance… »

Le lendemain, Stéphanie vient me voir dans mon bureau et me dit « A y est, je t’ai trouvé un super hôtel … dans les prix … et avec vue sur mer ! »

Bref, j’ai une confiance toute relative.

On arrive à Montpellier. Oui parce qu’une mission c’est toujours à plusieurs. Là on est 3. On est à la gare de Montpellier, en plein centre ville.  La température au sol est d’environ 48 degrés … à l’ombre. Le lieu de la mission est à l’est de Montpellier. L’hôtel est à l’ouest de Montpellier. Il est 11h30. Les collègues veulent déposer les valises à l’hôtel. On appelle l’hôtel…. l’hôtel ne répond pas.

On va à l’agence de transport en commun pour demander l’itinéraire jusqu’à l’hôtel. On entre.

Le guichetier : « On ferme ! Vous avez l’autre agence au coin de la rue après le Mac Do ! » dit-il, d’une voix nasillarde dans l’hygiaphone. Tout le monde sort, regards perdus … Mac Do là … à midi ! On marche et nous passons le coin de la rue. A peine tourné, une file d’attente de 3874 personnes déborde de l’autre agence.

Bref, on a failli tester les renseignements des transports en commun montpelliérain !

On va faire autrement. On appelle l’hôtel … bis … non, non pas IBIS la marque des supers hôtels. Le « bis » c’est pour dire qu’on l’appelle pour la 2ieme fois …

Le collègue : « Bonjour madame, comment fait-on pour rejoindre votre établissement par les transports en communs ? »

La dame de l’hôtel : « Bein … vous n’êtes pas rendus ! Pis … ça grimpe fort pour venir jusqu’ici. Et si vous venez avant 15h30, il y a un supplément de … beaucoup de neuros ! »

Moi : « qu’est-ce qu’elle dit la dame ? »

Le collègue : « elle dit qu’on va pas aller tout de suite à l’hôtel, on ira ce soir »

Je mets une carte de la ville de Montpellier pour que l’on ait bien les mêmes repères en tête. Les distances sont estimées approximativement et sont assez proches de la réalité.

Bref, on a pris le tram vide à Montpellier.

Oui, en province, c’est pas comme à Paris : le tram il est vide et tu peux t’asseoir.

3h plus tard, on descend du tram. On marche en traînant nos valises par 60 degrés à l’ombre mais nous on est en plein soleil. On marche … on marche … on marche …

  • Moi : « dis ! T’es sûre que c’est par là ? Parce que là … y’a plus de trottoir depuis au moins 3 kilomètres » …
  • Le collègue : « Si, si, je t’assure, c’est écrit sur le plan, regarde …« 

Ha oui … finalement, ce n’était pas si loin. Après 6h de marche on est arrivé sur place.

Bref, on a commencé la journée, mais surtout la mission, comme après un vendée globe en solitaire par 75 degrés au soleil …

J’ai dit que je ne parlais pas du contenu de la mission. Parce que c’est quand même un peu secret, tout ça, que j’ai pas trop le droit d’en parler alors … hop c’est la fin de la journée. Objectif : rejoindre l’hôtel qu’est dans les prix et avec vue sur mer 🙂 Mais qui est de l’autre côté de la ville  😦

Après les 6h de marche en traînant la valise, le passage à niveau et ses innombrables convois ferroviaires, plusieurs hectolitres de sueur dans la chemise, nous voilà à l’arrêt de tram. Il est 18h30 mais la température n’a pas varié d’un iota. Je peste contre Donald Trump, omni responsable devant l’Éternel du réchauffement climatique. Le cheval de fer s’arrête à notre hauteur. Les portes s’ouvrent. Nous pénétrons à l’intérieur. Pinaise … pas climatisé … c’est comme dehors mais en 3 fois plus chaud. Je re-peste contre Donald Trump ! On choisit un club 4 et on s’installe. Oui, le tram est vide … c’est pas comme à Paris tout ça…. enfin je l’ai écrit plus haut.

Bref, on a chaud, très chaud … vraiment très chaud. Et c’est pas comme si on était en costard cravate 😉

A quelques mètres, un gars discute bruyamment, avec son acolyte. Il accompagne son propos de gestes approximatifs à la trajectoire manifestement mal maîtrisée. Ce n’est pas sa gestuelle qui m’interpelle mais plutôt l’avenir de la boîte en fer de 50 cl qui contient un breuvage houblonné mais surtout … qui décrit des sinusoïdes en 3D. Si elle pouvait parler, elle dirait certainement « s’il te plait, vide moi et qu’on en finisse le plus vite possible, j’ai la nausée« .

Bref, l’artiste nous regarde. Je comprends qu’il va nous interpeller. Bingo, il vient dans notre direction … mais pas en ligne droite. On m’a pourtant toujours appris que le chemin le plus court c’est la ligne droite sauf … quand la terre tangue. Et là, la terre … elle a l’air de vachement tanguer pour cet olibrius

L’artiste : « messieurs, puis-je me permettre de solliciter votre savoir au sujet d’une question qui nous divise, mon ami et moi ? »

Moi : « mais faites donc, mon brave. »

L’artiste : « Alors voilà … de votre point de vue, combien d’années séparent deux générations ? »

Moi : « 25 ans. »

L’artiste : « Hum …votre réponse n’arrange ni mon ami, ni moi-même car nous voici maintenant avec 3 propositions différentes. Comme vous avez l’air érudits, je considère votre réponse comme la plus juste. Je vous remercie messieurs. »

Et il rejoint son acolyte … toujours pas en ligne droite et en se tenant aux barres verticales judicieusement disposées le long de son trajet par le fabriquant du tram. Alors que tout le monde sait que le plus court trajet entre 2 points, c’est la ligne droite comme je le disais précédemment.

On se regarde. On esquisse un large sourire entendu, rassurés par la nature non belliqueuse de notre nouveau compagnon de transport en commun.

Mais l’embellie n’est que de courte durée. L’artiste revient vers nous, non sans s’être abreuvé d’une goulée de la mousseuse boisson.

L’artiste : « messieurs, la décence m’oblige à vous donner une explication à ma sollicitation. »

Moi : « mais non, t’inquiète pépère … c’est pas utile »

L’artiste : « messieurs, je ne sais pas qui vous êtes. Vous êtes peut être … PDG. Je vois monsieur avec son costume et sa cravate. Et bien moi je suis … scénariste ! Là je prépare une pièce de théâtre avec un concept tout à fait nouveau : je fais parler un caillera en vieux françois et Louis XIV en caillera ! »

Tellement captivés par la maestria de notre artiste avec sa canette que nous n’avons pas prêté attention au voyageur qui vient de s’asseoir à nos côtés sur le club 4 d’en face.  Mais l’artiste lui, l’a repéré et lui tend la main. Enfin … comme quelqu’un qui essaie de viser le digicode avec un taux d’alcoolémie incompatible avec ce screugneugneu de clavier beaucoup trop petit …

Ils se saluent, se disent « bonjour« , échangent quelques mots genre « j’pensais que tu m’avais pas vu. Bein si que je t’avais vu mais je discutais avec ces messieurs … hurmpf »

Personne ne dit mot mais nous sommes soulagés que notre nouveau compagnon, l’artiste, ait retrouvé un compère. Comme ça, au moins, il nous lâchera la grappe.

Hé flûte, j’ai parlé trop vite ! Ledit compère ne doit pas l’apprécier plus que ça car il l’invite à poursuivre sa conversation avec nous. 4 regards furibards sont maintenant dirigés vers le compère qui nous fait un large sourire … un sourire qui dit « démerdez-vous avec lui, j’ai autre à faire que supporter son haleine d’outre à bière ! »

Le voilà qui revient vers nous : « ho oui, je ne vais tout de même pas laisser ces messieurs sans explication »

Moi : « mais si pépère … ne te prends pas la tête, on ne t’en tiendra pas rigueur »

L’artiste : « alors voilà mon idée … vous voyez, lui  » dit-il en pointant du menton notre collègue « il a un costume … une cravate. Je ne sais pas qui il est mais … il pourrait être PDG ou même … président … »

Moi : « c’est pas faux d’autant qu’un PDG … c’est aussi un président … hein ? »

L’artiste : « alors lui, on s’attend pas à ce qu’il parle comme une racaille de banlieue. Mais s’il disait … heuuu … j’sais pas moi heuuu … j’kiffe trop la meuf de la compta … celle qui bosse au 3ieme ! Hein ? ça fait drôle non ? Pour un type qu’est en costard cravate ? … »

Moi : « Effectivement, je vous confirme que je vois pas trop mon collègue s’exprimer ainsi »

Nous en étions là de notre échange fort instruisant quand le tram s’est arrêté. Je crois que le copain de l’artiste a finalement eu pitié de nous car il lui a dit « Hé mec … c’est ton arrêt ! » et l’artiste s’est précipité dehors. Enfin … comme on peut se précipiter quand on est sur un radeau par forte houle et que l’on cherche à quitter le navire pour rejoindre la terre ferme … heureusement qu’il y avait un abris-tram … c’est comme un abris-bus sauf que c’est pas sur une ligne de bus mais de tram … en face de la porte pour stopper net la course chancelante de notre auteur-compositeur-interprète d’une pièce de théâtre qui fera un malheur au box office, n’en doutons pas.

Bref, après la sortie remarquée de notre artiste et sans faire de rappel, notre tram a repris son petit bonhomme de chemin vers sa destination initiale. Et nous … bein … on est restés assis, dans la chaleur suffocante d’un été à Montpellier, suants à grosses gouttes dans nos chemises comme au sauna. Sauf qu’au sauna, tu y vas en tenue adéquate … tu n’y vas pas en costard cravate …

Après quoi … pfiouuuu à peine 12 heures plus tard, 2487 arrêts et environ 12 millions de kilomètres, voici que se profile à l’horizon, notre arrêt. Nous descendons. Dehors, il fait encore plus chaud que dedans … c’est incompréhensible. C’est un peu comme si les lois de la physique avaient contourné Montpellier et se disant « non non, ici, on va laisser le soleil faire ce qu’il veut comme il veut. On ne va pas baisser la température quand il y a de l’ombre« . Du coup, le soleil en profite et il fait ce qu’il veut. Alors … il chauffe ! Et il chauffe fort … très fort ! C’est quand on a commencé l’ascension du mont Niitaka, que j’ai compris ce que ressentent les haricots du cassoulet juste avant d’exploser dans le four micro-ondes poussé au maxi.

Oui, non seulement l’hôtel est loin de l’arrêt de tram mais en plus ça grimpe fort, le soleil doit être à quoi … pfiouuu pas 2 mètres au-dessus de nos têtes, il n’y a pas de bus pour nous y rendre et on doit longer la route qui elle, forcément … est dans le sens inverse donc … les voitures s’en donnent à coeur joie pour descendre « fend la bise« , ou « vent du cul dans la plaine » si vous êtes plutôt sergent major, et nous polluent notre oxygène parce que franchement, c’était pas assez difficile comme ça.

Donc on attaque l’ascension de la roche de solutré. Au premier carrefour, on croise les potes de l’artiste qui proposent de nous vendre des bouteilles d’eau fraîche si non, nous disent-ils, vous n’arriverez pas en haut. Malins les acolytes du poivrot du tram : eux, ils restent en bas pour picoler des bières et ils vendent de l’eau à ceux qui entreprennent leur chemin de croix jusqu’à l’hôtel. Mais bon, à 7499 euros la bouteille de 50 cl, on a courtoisement décliné l’offre. Et on a marché … marché … marché et comme dans le désert, plus on avançait plus le haut de la colline s’éloignait …

8 heures plus tard, les roues des valises avaient perdu 1/3 de leur diamètre. Le bitume du trottoir collant à nos semelles comme le ruban antimouches aux pattes de la drosophile, nous arrivâmes … au Mac Donald’s ! Hé oui, sans faire attention, tellement voûtés par le poids de la chaleur, on a oublié de tourner et paf … nous voilà au Fast food ! Heureusement, en relevant machinalement la tête … nous aperçûmes l’enseigne de notre hôtel … de l’autre côté du rond point.

Bref, on a retrouvé le sourire

Dans ma tête, je repense à la joie de Stéphanie m’annonçant fièrement « A y est, je t’ai trouvé un super hôtel … dans les prix … et avec vue sur mer !« . « Avec vue mer ! » … on doit être à mille kilomètres de la mer ! Et pis avec cette chaleur, la mer a du s’évaporer entièrement !

Bon, nous voilà aux portes … de l’hôtel. Enfin … je ne sais pas si vous connaissez la chaine « Appart’City » ? C’est comme un hôtel, ça ressemble à un hôtel mais … c’est pas un hôtel. En fait c’est de la location d’appartement à la nuit ! Si si je vous assure c’est possible. Et quand on loue un appartement, qu’est-ce que l’on fait … hein ? je vous le demande … hein ? De … la … paperasserie ! plein de paperasserie ! Donc, nous voilà en train de biffer les 12 154 pages du contrat de location … en 3 exemplaires … Et tout cela pour une piaule de 6 m2 à Tatouine les bains, sur le rond point du périph par 75 degrés sans clim !

2 heures et demi plus tard, la nana de la réception nous explique qu’elle va faire des photocopies pour laisser un exemplaire du contrat de location .. à chacun. On lui répond, en coeur : « qu’elle peut se le carrer dans l’f …. son contrat« .

Bref, on l’y a braqué son armoire à clés après l’avoir assommée avec un vieux « Figaro Madame » qui traînait par là. On récupère nos clés de chambre. Pour moi ce sera le 6ieme étage. Si si c’est important, vous allez voir. J’introduis la clé, je tourne, je clenche et je pousse la porte qui s’ouvre sur un tout petit couloir. Pas dans la longueur … le couloir, non … dans sa largeur. J’avance, et j’entre dans … bein dans ce qui doit être la chambre mais comme le lit prend toute la place, il doit rester environ 10 cm entre les murs et le lit. En face de moi … une fenêtre qui fait toute la longueur du mur. Bon en même temps, vu la taille de la pièce, ça ne fait pas non plus une fenêtre gigantesque. On va enfin avoir le dénouement de ce suspens devenu maintenant insoutenable : la … « vue sur mer » est-elle une blague de l’assistante ou un argument commercial surfait de l’hôtel ?

Je pousse le rideau ou plutôt … je le tire car dans ce sens c’est plus juste de dire … « ho tu vas pas nous faire traîner plus longtemps, tu la lâches ta pastille hein !« . Bon ok, par la fenêtre j’ai une vue  imprenable sur … le rond-point et sa concomitante circulation automobile et motobylette pétaradante et klaxonnante comme seuls savent le faire les sudistes d’en bas de la France. Au second plan, le centre commercial très animé ce soir avec ce campement de gens du voyage qui fait étape sur le bitume brûlant. C’est vrai qu’à Montpellier il est beaucoup plus agréable de camper sur le parking d’un supermarché plutôt que de pousser de quelques kilomètres jusqu’à Palavas les flots … hein ! C’est quand même beaucoup plus amusant de venir emmerder les clients des hôtels à proximité plutôt que de danser la carioca sur le sable chaud au bord de l’eau … hein ! Au 3ieme plan, on commence à moins bien distinguer mais je crois reconnaître une zone résidentielle.

Et voilà … voilà voilà voilà … l’assistante s’est bien joué de m… non ! Attends ! Là-bas … oui, tout là-bas … tout au fond …  on dirait … mais oui ! Une toute petite ligne légèrement bleutée … c’est la mer ! Alors comment dire ? Techniquement, on peut le confirmer « oui, c’est exact,  on a vue sur mer depuis la chambre ». Mais reconnaissons tout de même qu’on est loin du concept de « vue sur mer ». Et vu l’épaisseur de la ligne bleue, je pense qu’au 5 ieme étage je ne la voyais plus. Alors vous voyez que c’était important de préciser l’étage ? hein ?

Quand je recevrai le questionnaire de satisfaction que l’hôtel ne manquera pas de m’envoyer, je pense que je ferai un rapport d’étonnement sur l’argument commercial qui vante la … « vue sur mer » 😉

Comment j’ai réglé mon avis de second acompte 2017 en ligne

Bon, vous l’avez compris, je vais vous narrer comment je viens de régler mon 2ieme tiers provisionnel directement par internet. Oui, l’administration publique a changé la sémantique mais « second acompte 2017 » c’est la dénomination d’aujourd’hui de ce que la même administration publique appelait autrefois « 2ieme tiers provisionnel ». Je ne sais pas si c’est plus … tendance … mais bon, c’est comme cela qu’il faut dire aujourd’hui.

Hé oui, il faut se mettre au goût du jour. Et se mettre au goût du jour, ça ne me fait pas peur, moi ! Je suis de ceux qui se sont promis de ne jamais vieillir, de ne jamais tomber dans la facilité de ces vieux qui, progressivement tombent dans le … « c’était mieux avant !« . Parce que … si on y réfléchi vraiment bien … bein … c’est pas vrai, c’était pas mieux avant … c’était … c’était … bein c’était comme ça devait être à chaque époque. Mais franchement il n’y a pas de quoi regretter le passé.

Regardez, moi par exemple, je suis né en … bon, disons, il y a quelques temps. Hé bein, j’étais encore tout bambin sachant à peine marcher et parler que sortait le 1er épisode de la guerre des étoiles, ha ha ! Ca claque ça, hein ! donc je pourrais me dire « ho bein oui alors, c’était mieux avant !« . Sauf que le 1er épisode, c’était en fait le 4 et qu’il faudra attendre 22 ans pour avoir le numéro 1. Alors ? hein ? C’était vraiment mieux avant ?

Pis attendez, c’est pas tout. J’ai du attendre d’avoir 11 ans pour toucher mon 1er computeur ! Et alors attention, c’était l’époque du plan informatique pour tous de Fabius alors 1er ministre. C’était l’époque du … MO5 de Thomson. Fabrication 100% française et un slogan en béton : « Apprendre l’informatique à nos enfants, c’est les préparer aux emplois de demain…Pour nous, la France avance « . Bon moi, j’avais un papa en avance sur son temps alors il m’a dégoté un … TO9 du même Thomson évidement. Ho purée qu’il était chouette mon computeur … comme dans le film « Wargames » sorti en 1983. Bon, quand je disais que mon rêve c’était d’avoir un terminal plutôt qu’un computeur isolé … tout le monde rigolait et me prenait pour un … un … gamin un peu illuminé. Un terminal c’est un ordinateur connecté à plein d’autres ordinateurs pour pouvoir communiquer avec beaucoup d’autres passionnés d’informatique. Un peu comme … internet finalement … alors oui, je devais être illuminé au début des années 80 🙂

Bref, regardez comme il était chouette mon TO9. Avec lui j’ai découvert la programmation. Pour faire une addition de 2 chiffres il me fallait suer sang et eaux pendant 3 jours de codage acharné pour finalement afficher, 2 + 3 = 5 ! Ha ha C’est donc vrai que c’était mieux … avant ? Aujourd’hui, Microsoft me donne Visual Studio.Net qui me permet d’assembler en 2 clics des briques logiciel qui m’affichent toutes les fonctionnalités d’un logiciel plus puissant que n’importe quel applicatif ultra basic que j’aurais mis 6 mois à développer … et avec plein de bugs ! Et à l’époque du TO9, il fallait acheter le journal « hebdogiciel » pour récupérer des lignes et des lignes de codes que je devais retaper une à une pendant des heures et des heures. Alors qu’aujourd’hui je vais sur les bons sites et hop … copier/coller … en 2 secondes c’est fait ! Alors ? c’était vraiment mieux avant ? Et attendez, ce n’est pas tout. Mon TO9 … il n’avait pas de … disque dur ! rien que des disquettes dont la taille s’exprimait en Kilo octets ! Et attention 128 Ko, c’était un monstre ! Aujourd’hui on met dans notre poche une clé USB de plusieurs Giga, un disque dur amovible de plusieurs … Téra ! Alors c’était vraiment mieux avant ? Hum … l’époque du « 3615 code qui n’en veut » sur le minitel, c’était mieux ? hein ?

Et encore, je ne vous ai pas parlé du célèbre … WalkMan :

Franchement, il est pas chouette, hein ? Avec les cassettes qu’il fallait introduire par la porte avant … avant de se rendre compte que c’était pas le bon côté ! Que la chanson que tu voulais écouter elle était de l’autre côté … tout au début. Alors évidemment tu pouvais appuyer sur le bouton « Rewind » mais … ça bouffait les piles à vitesse grand V. Alors si, comme moi, tu étais à l’internat sans possibilité d’aller racheter des piles bein … t’avais pas d’autre choix : tu faisais le « Rewind » méthode artisanale ! à la main ! Si si … avec un crayon à papier que tu enfilais dans un des deux rouleaux de la cassette et zou … tu faisais tourner la cassette autour du crayon pendant … pendant … pendant … fiouuuuu 3 plombes. Tout le monde faisait ça au dortoir le soir avant l’extinction des lumières. Du coup, il y a avait un bruit de fond de … SouiSouiSouiSoui !

Et bout de 3 plombes … fier de ton exploit, tu remettais la cassette dans le walkman pour te rendre compte que … bein non finalement, c’était bien de l’autre côté ! Un peu comme les 3 sens de la clé USB d’aujourd’hui : je branche ma clé … ha mince, non, c’est dans l’autre sens … ha bein non finalement c’était bien dans l’autre sens 🙂 Alors c’était vraiment mieux avant, hein ? Ipod ou … cassette à bande ? hein ? C’était vraiment mieux avant ?

Bon, pour en finir avec tous ceux qui nous serinent les oreilles du « c’était mieux avant !« , je les achève avec cette étude très sérieuse et surtout très scientifique de l’INSEE. Oui, oui, je vous parle bien de l’institut national de la statistique et des études économiques. Lisez bien, le résultat de l’étude est résumé ici « Le rythme de l’inflation atteint au cours des 15 dernières années (+1,4%) est ainsi inférieur à celui des quinze années précédentes (+2,1% entre 1986 et 2001), pourtant marquées par un contre-choc pétrolier et des baisses de TVA. « . En clair, pour ceux qui n’auraient pas compris : il y a moins d’augmentation depuis qu’on est passé à l’euros qu’avant ! Ha … ils disent quoi maintenant ceux qui nous bassinent avec leur « c’était mieux avant ! » ? Et le coup des patates qui coûtent plus cher à cause de l’euros c’est … une fake news.

Mais bon, revenons à nos moutons puisque je voulais vous parler de … mon 2ieme tiers provisionnel. Voyez-vous, j’ai entré « hache té té pé esse tou poyent slache slache dabeul you, dabeul you, dabeul you, poyent impots poyent gouv poyent héf air« . Puis j’ai entré mon code top secret que je suis le seul à connaître. J’ai cliqué sur « Payer en ligne mes impôts ». J’ai validé le montant et zou … c’est fait ! Montre en main, moins de 2 minutes. Alors ? hein ? c’était mieux quand il fallait rédiger son chèque à la main en se demandant si 15 millions ça prend un « S » à la fin ou pas. Puis trouver une enveloppe. Ensuite prendre sa bagnole et se rendre au trésor public pour poireauter 3 plombes avant que le numéro de votre ticket coïncide avec l’afficheur rouge du bureau du receveur des impôts. Lui tendre la dite enveloppe et attendre qu’il vous remercie au nom de la France avec son sourire administratif et ses petits ronds de cuir cousus aux coudes de sa veste pour en éviter l’usure. Ha ha, Hein ? alors, c’était mieux avant ? hum ?

Bon, il me reste quand même une question. Voyez-vous, tous les services publics sont engagés dans la « Dé-Ma-Té-Ria-Li-Sa-Tion ». Mais beaucoup de français souhaitent tout de même conserver la réception papier des documents. Je fais partie de ceux-là. Donc l’administration fait tout pour inciter les usagers à « consentir » à la dématérialisation totale. Mais nous sommes nombreux à résister. La simple question « Consentez-vous à ne plus recevoir votre avis d’imposition en version papier ? Oui – Non » ne marche plus car tout le monde répond « non ». Il lui faut donc trouver des trésors sémantiques pour nous emberlificoter le truc. Et cela donne la fenêtre pop’up qui s’est affichée quand je me suis connecté sur impots.gouv.fr :

Regardez-bien : pas de question « oui – non » mais plutôt un truc tarabiscoté qui ne te donne pas d’autre choix que de valider le fameux « consentement ». Il n’y a pas de bouton « annuler » ou « invalider » … non, il n’y a qu’un seul bouton « valider » . HAAAaaaarggghhh moi je ne veux surtout pas … et là, le réflexe du geek … je clique sur la petite croix en haut à droite de la fenêtre ! BAAAAAMMMM dans ta face le « consentement » … la fenêtre disparu, je peux continuer tranquilou sans avoir validé 😉

Le texte de cet article en audiodescription pour les personnes … qui veulent pô lire 😉

Ma 10eme « chiquenaude de bouche » : La retouche photo … c’est pas bien !

Bon, voilà ma 10eme « chiquenaude de bouche » (c’est comme un « coup de gueule » mais en beaucoup, beaucoup, beaucoup moins fort … bein oui, y’en a marre de ces français qui passent leur temps à tout critiquer à outrance)
Alors voilà, ma 10eme chiquenaude de bouche, je la dédicace spécialement à tous les amoureux de l’image, aux photographes amateurs ou même professionnels.

Je ne sais pas si vous avez suivi cette polémique, celle de l’affiche du festival de Cannes. Moi … elle m’horripile !
Je me place ici sur le registre factuel de l’observation de chaque retouche. A gauche, en noir et blanc, la photo originale et à droite en tons rouges, l’affiche du festival.

Sur la retouche, ses jambes sont maladives, elles n’ont plus de forme si ce n’est celle d’une knacki herta longiligne
Sa main droite semble comme amputée
Son pied gauche semble complètement atrophié et il n’a plus l’orientation d’origine
Ils ont changé ses cheveux naturels par une espèce de coiffure playmobile ratatinée
Regardez le bas de ses cheveux dans son dos, sur l’original ils apparaissent fins et volent au vent alors que sur la retouche ils semblent englués dans une masse de gel. Plus fort, sur l’original la mèche qui s’élance devant elle dans la direction exacte du souffle de sa voix que l’on imagine, se transforme, sur la retouche en une toute petite mèche ondulée dont on se demande comment elle peut être aussi courte avec des cheveux dans le dos aussi longs. Comme si Claudia s’était donné un méchant coup de ciseaux malencontreux !
Regardez sa taille, comme ils ont laissé sa poitrine identique, du coup la taille est beaucoup trop petite. C’est comme quand vous serrez votre sac poubelle avec le petit lacet en plastique. Quand je regarde cette taille j’imagine la pauvre Claudia devenir toute rouge et suffoquer la langue pendante.

Je m’emporte, je m’emporte … restons factuel, la retouche de ses vêtements leur a permis de passer un coup de fer à repasser sur sa jupe. Regardez le retour en bas à gauche sur sa jambe droite, sur l’original c’est tout plissé, sur la retouche, tout bien repassé. Pareil globalement sur l’ensemble de la jupe. Et pour donner de l’élan, ils ont inversé le sens de la courbure de la jupe dans son dos.
Son bras de chemise gauche est également bien repassé sur la retouche.

Bref, si vous voulez mon analyse :
– retoucher les vêtements bon … allez … pourquoi pas
– retoucher le corps humain pour lui donner une forme fantasmée inaccessible est une hérésie et un affront à notre nature. Quand Léonard de Vinci a travaillé sur les proportions du corps humain, il n’a jamais imaginé qu’un photoshop viendrait un jour violer les règles du naturel.

Cette grossière et pathétique retouche me conforte dans ma pratique de photographe amateur. Je me suis donné une règle à laquelle je ne déroge jamais : « si le numérique permet toutes les manipulations sur un cliché, ne fais jamais plus que ce que tu pouvais faire avec ton labo de développement argentique. »

Ou bien, pour le dire autrement : Claudia Cardinale originale viendrait toquer à ma porte, je lui ouvre. Claudia Cardinale retouchée toque à ma porte, elle couche dehors !

Et dire qu’on paie des gens pour ça ! On paie des salariés pour massacrer des photos. J’imagine d’ici l’offre d’emploi déposée chez Pôle emploi :

  • Agence de « pub of Saint Ouen » recherche massacreur de photo.
  • « Vous n’avez aucune pitié pour les photographes ni aucun respect pour leur travail, vous êtes nul en photoshop, n’avez aucune considération pour le corps humain surtout féminin, alors rejoignez notre équipe de 12 infographistes manchots aveugles. Chez nous, vous apprendrez à travailler avec des moufles pour mieux développer votre capacité à massacrer les photos.« 

Le texte de cet article en audiodescription pour les personnes … qui veulent pô lire 😉

Ma 9eme « chiquenaude de bouche » : Simple … mais pas simpliste …

Bon, voilà ma 9eme « chiquenaude de bouche » (c’est comme un « coup de gueule » mais en beaucoup, beaucoup, beaucoup moins fort … bein oui, y’en a marre de ces français qui passent leur temps à tout critiquer à outrance)
Alors voilà, ma 9eme chiquenaude de bouche, je la dédicace spécialement aux amoureux de la richesse de notre langue française. Et un clin d’oeil à nos sages de l’Académie Française 😉

N’attendez pas de moi que j’utilise ma voix, ou plutôt ma plume, pour vilipender le comportement immoral de celui qui prétend être impétrant à la plus haute fonction de notre démocratie. Un impétrant qui ne parvient pas à comprendre, qui ne parvient pas à ne serait-ce que concevoir, que les français ne sont pas au niveau du caractère légal ou non de son comportement. Les français sont outrés par le comportement spontanément népotique de celui qui se présentait comme le « père la vertu » du projet présidentiel pour la la France. Non, loin de moi, l’idée de tirer sur une ambulance ou comme dirait un de mes collègues « Quand tu penses avoir touché le fond … tu te rends compte que tu peux encore creuser » ou encore, si vous préférez les références cinématographiques nous pourrions lui dire « Arrête de ramer, t’attaques la falaise ! »

Bref, vous l’avez compris, je ne m’exprimerai pas sur ce sujet que je laisse aux journalistes bien plus compétents que moi pour investiguer l’enlisement du candidat concerné et faire toute la lumière sur le sujet.

Non, moi je voudrais pousser une chiquenaude sur un thème bien plus important pour notre avenir. Un thème que l’on ne voit pas venir car il s’insinue pernicieusement dans notre quotidien. Je le constate depuis quelques mois dans mon environnement professionnel mais quand il aura totalement englué le monde professionnel, il se déversera dans le quotidien de tout un chacun.

Voyez-vous, depuis quelques mois, je vois arriver sournoisement un concept soi-disant novateur et surtout présenté comme indispensable pour la bonne marche de notre offre de services. Ce concept est arrivé par une injonction qui a envahi toute l’institution : « il faut faire … SIM-PLE« .

Ohhh je l’avais bien vu s’insinuer dans nos travaux. Tenez, par exemple, quand la nouvelle directrice est arrivée, je lui ai fait une note de synthèse sur un dossier en cours assez important me semblait-il à l’époque. 3 pages pour résumer une situation, il faut le reconnaître, un peu alambiquée. Il faut donc planter le décor, expliquer l’historique, présenter tous les partenaires impliqués et leur rôle respectifs, les enjeux pour notre institution, les arbitrages déjà pris … puis changés le lendemain … oui, je travaille dans une institution qui change d’avis comme de chemise depuis quelques temps … et quand les collaborateurs disent qu’ils ne comprennent plus rien et ne trouvent plus le sens … nos grands chefs à plumes se demandent pourquoi … .

Bref, revenons à nos moutons ou plutôt à notre note de synthèse … il faut donner les chiffres du pilotage … haaaaa les sacro-saints chiffres dans le tableau de pilotage, la révérence devant le dieu chiffre et son apôtre le pourcentage … déroulez le tapis et prosternez-vous devant le tableur excel, lumière de notre route devant l’éternel. Et il faut aussi, pour terminer une bonne note à destination d’une énarque, détailler les perspectives à venir et proposer notre positionnement avec toujours plusieurs hypothèses et leurs matrices SWOT afférentes. Bref, j’ai rédigé une note !

Et ma note, je l’ai mise dans un mail à destination de notre nouvelle directrice. Son rôle consistait à lire cette note puis la transmettre à sa propre directrice. C’est elle l’énarque, la directrice de la directrice.

Bon, autant vous dire que ma note super méga urgente que l’on m’avait demandé pour avant tout de suite et si elle pouvait être envoyée la semaine dernière ce serait encore mieux … n’a pas provoqué beaucoup de réaction. Je peux même dire qu’elle n’a provoqué aucune réaction puisque 5 jours plus tard, n’ayant aucune nouvelle de ma note, je m’enquérais auprès de la dite directrice pour savoir si ma note lui convenait … « ha oui … la note sur le … oui bien sûr … je … je n’ai pas encore eu le temps de l’ouvrir. Je regarde de suite et je te dis« . Comme ça, au moins, j’ai la confirmation que le caractère super méga urgent pour avant tout de suite était vraiment … caractérisé !

Bref, la réponse me parvient par mail dans l’après-midi : «  (…) tous les éléments y sont mais … tu devrais revoir le wording en utilisant le FALC (…)« . Ha … le FALC … il faut donc que je rédige ma note en utilisant la méthode qu’il ont réussi à imposer pour nos documents à destination de nos publics comme on dit. Alors que je me croyais épargné, me voilà, moi aussi, atteint par la pernicieuse méthode … simpliste ! oui, car on à beau jeu de dire qu’il s’agit de faire simple mais pas simpliste … moi, quand je regarde le résultat … je constate bien la bouillie simpliste …

jeanjaures_citation_001

Bon, j’avais bien entendu parler de ce FALC, mais très sincèrement je ne m’y étais pas intéressé plus que ça. Alors je suis allé fureté sur le web, histoire de me documenter. Ha oui, j’oubliais l’essentiel … FALC ça veut dire Facile A Lire et à Comprendre. C’est un acronyme qui peut paraître sympathique et plutôt de bon sens de prime abord. Mais je ne m’y étais pas intéressé jusqu’ici car je suis un amoureux de notre langue et de ses mots et j’aime les manipuler et les agencer à ma manière sans que personne ne me donne de règles pour le faire.

Bref, j’ai donc creusé le sujet et j’ai trouvé l’origine de ce FALC et voici la définition : « Ces règles permettent de rendre les informations accessibles pour les personnes qui ont … un handicap intellectuel. »

Hé oui, vous avez bien lu. Et comme vous pouvez le lire sur le Guide des Règles européennes pour une information facile à lire et à comprendre, écrire en FALC tend à rendre l’information plus accessible aux personnes souffrant d’un déficit cognitif. Ainsi, écrire pour des personnes présentant ce handicap, nécessite certaines règles. Des règles qui ont été validées au niveau européen en 2009 à l’initiative, entre autre de l’Union nationale des associations de parents, de personnes handicapées mentales et de leurs amis (UNAPEI). Huit pays, en plus de la France, utilisent désormais cette technique pour permettre à toutes personnes confrontés à un déficit cognitif d’avoir pleinement accès à la citoyenneté.

Bref, vous l’avez compris, je n’ai rien contre l’idée de concevoir des règles d’écriture qui ont pour objectif de rendre simple la lecture de documents administratifs souvent jargonneux. Bien au contraire, je trouve cette initiative tout à fait pertinente et indispensable. Tenir compte d’un handicap pour rendre un service est d’ailleurs dans les gènes de ma formation initiale. Je ne peux donc qu’adhérer à cette démarche.

Non, ce que je ne supporte pas, c’est que je doive rédiger ma note de synthèse, destinée à un supérieur hiérarchique, Enarque de son état, dans une syntaxe simplifiée à outrance, qui ne laisse plus de place à aucune nuance avec des mots et des règles conçue à l’origine pour rendre intelligible un formulaire administratif à un déficient cognitif. Tout cela parce que cette note fera ensuite l’objet d’un message à diffuser à l’ensemble des agents de l’institution. Et que l’on pense, en haut lieu, que c’est en écrivant « simple » que l’on sera le mieux entendu. Comprenez que le raccourcis peut être rapide : il faut s’adresser aux agents de l’institution comme on s’adresse à des déficients mentaux !

J’aimerais faire ici un lien, peut être un peu osé, mais il mérite d’être au moins identifié. Vous souvenez-vous de la « novlangue » ? Le novlangue (en anglais Newspeak) est la langue officielle d’Océania, inventée par George Orwell pour son roman 1984.

Ici, wikipédia nous explique le principe de cette novlangue : « plus on diminue le nombre de mots d’une langue, plus on diminue le nombre de concepts avec lesquels les gens peuvent réfléchir, plus on réduit les finesses du langage, moins les gens sont capables de réfléchir, et plus ils raisonnent à l’affect.

La mauvaise maîtrise de la langue rend ainsi les gens stupides et dépendants. Ils deviennent des sujets aisément manipulables par les médias de masse tels que la télévision.

C’est donc une simplification lexicale et syntaxique de la langue destinée à rendre impossible l’expression des idées potentiellement subversives et à éviter toute formulation de critique de l’État, l’objectif ultime étant d’aller jusqu’à empêcher l’« idée » même de cette critique. »

Pour le dire autrement … l’institution chercherait à réduire la capacité de critique de ses usagers mais également de ses agents, qu’elle ne s’y prendrait pas autrement.

A bon entendeur …

Le texte de cet article en audiodescription pour les personnes … qui veulent pô lire😉

Ha vraiment, tout fout le camp …

Ajout du 27/12/2016 à 20h01 : ce soir, nous apprenons que Carrie Fisher, la princesse Leia de « Star Wars », est décédée. Je lui dédie ce post sur lequel je travaille depuis plusieurs jours. Toute mes pensées les plus sincères sont à elle et cette page de l’histoire de la science fiction qui se tourne …

 

Aujourd’hui, les bras m’en tombent ! Ce que je croyais être un repère fondamental de notre société, une certitude gravée dans le marbre, s’est effondré par la bouche d’une caissière de supermarché ! Je vais vous narrer ma mésaventure.

Mais pour cela je dois remonter quelques semaines en arrière si non, on ne peut pas comprendre.

Tout commence donc il y a quelques semaines. Voyez-vous, j’ai une affection particulière pour Star Wars. Mais attention, je suis de la génération du premier épisode. Enfin, je veux dire du 4ieme épisode puisque la série commence par le milieu. Hé oui, je ne pense pas que Georges Lucas soit centriste mais il a fait le choix de sortir les épisodes IV, V et VI avant les épisodes I, II et III. Allez comprendre pourquoi … mystère. Pour le concept, c’est un peu comme si vous alliez d’abord en seconde, première puis terminale avant d’entrer en sixième, cinquième et quatrième … allez comprendre. Ou encore, que vous lisiez la bible en commençant par Jésus et son pouvoir de dingue qui ouvre la mer en deux avant même que Dieu n’ai crée le monde … tout ça parce que vous ne voulez pas vous taper les 212 premières pages du texte biblique qui énumèrent l’exhaustivité de la lignée généalogique du fils prodigue : « Généalogie de Jésus Christ, fils de David, fils d’Abraham. Abraham engendra Isaac; Isaac engendra Jacob; Jacob engendra Juda et ses frères; Juda engendra de Thamar Pharès et Zara … » Ca y est, je suis déjà paumé. Déjà que je suis incapable de conceptualiser le lien de parenté entre l’arrière petit cousin par alliance de la soeur bisaïeule du neveu du frère de ma mère, vous imaginez le travail.

Bon, reprenons « Pharès engendra Esrom; Esrom engendra Aram; Aram engendra Aminadab; Aminadab engendra Naasson; Naasson engendra Salmon … » ho ho ho, pas si vite ! Et Zara alors, hein ? J’ai bien lu que Juda engendra Thamar machin bidule et … Zara. Alors Zara elle engendre qui ? hein ? Pourquoi la bible ne nous dit pas ce qu’elle devient ? hein ? c’est parce que c’est une femme ? C’est ça ? Et l’égalité des sexes alors ? C’est pour qui ?

Pour une fois que j’avais la réponse et mes repères…. Bein oui … Zara c’est bien celle qui a engendré les magasins de vêtement pour femmes 🙂

Bon, bref, vous avez compris, notre George Lucas, il ne s’est pas emmerdé avec tout ça. Pof, il a commencé direct à l’épisode IV … au « mi-heu » comme dirait notre célèbre centriste qui a une mémé à Bagnères-de-Bigorre. Et c’était en 1977. On découvrait alors la princesse Leïa aux prises avec Dark Vador, tout ça parce qu’elle a chouré des plans top secret et le grand motard à la voix d’aspirateur rowenta il est trop pas content. Mais comme l’histoire commence à l’épisode IV, hé bein on ne saura jamais comment la princesse s’est alourdie sur les documents visiblement vachement importants.

Mais bon, là n’est pas l’essentiel puisque de toute façon, mon épisode préféré c’est pas celui là. En effet, vous l’avez compris, je suis un fan de Star Wars genre « canal historique ». Du coup, j’ai un net penchant pour l’épisode VI « Le retour du Jedi ». Et là, je vous vois venir avec votre blague à 2 balles : « ha oui, je connais, c’est le film hebdomadaire !« . Alors on répond « Le film hebdomadaire ?« . Et l’autre reprend « Bein oui … le retour du jeudi … c’est toutes les semaines … ha ha ha » blague à 2 balles je vous avais prévenu 🙂

Bon oublions la vanne de relou. Le retour du « Jé-daïe », c’est l’épisode ou le jeune Luke Skywalker vient apprendre la sagesse du côté éclairé de la force. Et qui c’est qui lui transmet la sagesse, hein … je vous le demande ? hein ? … hé bein c’est maître Yoda. Et là, vous avez en tête l’image de maître Yoda car tout monde connaît maître Yoda … hein ?

Bon, je vous mets une photo pour le cas où :

Yoda

Heuuu cela va sans dire mais cela va mieux en le disant : « Yoda … c’est le personnage, aux oreilles de vulcain, tout vert à gauche sur la photo qui se tient sur sa canne » 😉

Et là, il est en train dire à Luke Skywalker : « Le côté obscur de la Force, redouter tu dois. » Oui … Maître Yoda a une phraséologie qui lui est propre. Par exemple, il ne dit pas « Saperlipopette, j’ai oublié de racheter du café. Je vais encore devoir faire de la chirloute avec le vieux marc d’hier » ; il dit « Chiotte ! de racheter du café j’ai oublié. Du jus de chaussette je vais encore me taper« . Bon, la traduction est approximative car personne ne peut prétendre maîtriser le « parler Yoda ».

Bon, maintenant que le décor est planté, voilà ce qui m’amène : depuis pas mal de temps, j’avais envie de trouver un maître Yoda à mettre dans mon atelier. Vous savez, le genre de figurine produit dérivé du film qui permet au producteur de s’en mettre encore plus plein les fouilles. Bref, en écrivant cela je montre que je suis parfaitement conscient du comportement consumériste de cette envie mais au moins … j’assume en connaissance de cause. En psychologie on appelle ça « un processus de réduction de la dissonance cognitive » … et paf !

Seulement voilà, le producteur du film, c’est pas la première buse venue. Voyez-vous, si vous avez fait le tour des magasins en cette période de fêtes vous avez dû remarquer que les rayons débordent de jouet. Et la thématique Star Wars est bien représentée. Sauf que dans les figurines, on trouve une foultitude de Dark Vador, au moins autant de storm trooper … et accessoirement les personnages du dernier épisode en date. Mais vous avez compris que je ne parlerai pas de ces nouveaux personnages, sans âme, sans personnalité car je suis un « fan canal historique ».

Bref, je comprends que tout le monde rêve d’un Dark Vador chez lui mais certainement pas d’un maître Yoda. Du coup, notre business man amerloque commercialise ce que les clients veulent acheter, et surtout pas ce qui pourrait leur ouvrir l’esprit. Donc on ne trouve que pléthore de Dark Vador qui représente, il faut se le rappeler … le côté obscur de la force mais aucun Yoda qui lui représente la lumière et donc l’intelligence et la sagesse.

Donc après plusieurs semaines de recherches infructueuses, je suis rentré chez moi avec un Dark Vador sous le bras. 50 cm de côté obscur de la force dans mon atelier, il va quand même falloir que je trouve un contre pouvoir me dis-je … et j’ai trouvé ! Regardez la photo : ce bras tendu en avant avec la paume de la main vers le ciel, ce geste qui permet à Dark Vador d’étrangler n’importe qui à distance. Hé bein … couick ! tout le fluide la force est neutralisé par … l’innocence du Petit Prince. Quel plaisir de mater le côté obscur de la force … ha ha !

En gros, voilà ce que ça donne :

20161016_quelaforcesoitentoit_petitprince

Qu’il a l’air nouille tout d’un coup ce Dark Vador, hein ? Il a beau serrer le poing droit pour exprimer son bouillonnement interne … Le Petit Prince sur sa main gauche, qu’il porte haut sans faillir, prouve son allégeance à la paix et la sagesse du côté éclairé de la force … ha ha je te tiens Dark Vador !

Mais bon, j’avoue que je reste tout de même sur ma faim. Quand pas plus tard que la semaine dernière, dans ma grande épicerie numéro 2 dans l’ordre de mes habitudes de consommateur : un maître Yoda ! attention, pas 2, non … 1 seul. Et dans un emballage dont on sent qu’il a vécu comme s’il avait traversé l’espace sidéral à la vitesse lumière dans le millénium faucon … mal rangé dans la soute à bagage, jeté de ci de là, contre les parois, au gré des trajectoires d’évitement des tirs du TIE Fighter de Dark Vador … ouf !

Mon sang ne fait qu’un tour, je le prends … enfin presque car une autre main fait le même geste que moi ! « Touche pas au grisbi salope » (voix de Francis Blanche dans la scène cultissime de la cuisine des tontons flingueurs). C’est un grand gaillard, épais comme une armoire lorraine, qui a la même motivation que moi … il veut le maître Yoda, le seul sur le rayon. Alors c’est une question de vie ou de mort car il n’est pas question que je laisse cet énergumène s’emparer de MON maître Yoda.

Uppercut du gauche, baffe dans sa gueule (oui, j’ai eu le temps d’aller chercher un escabeau pour que ma main soit à bonne hauteur), redescendu de l’escabeau je lui percute le bide avec un direct du droit, je me retourne façon Néo dans Matrix et … au ralenti … je lui balance ma Caterpillar montante dans sa face (oui, entre temps je suis remonté sur l’escabeau, faut suivre). Ma chaussure lui déboîte la mâchoire et je perçois 3 dents, peut être même 4 car la rapidité de l’action m’empêche de bien compter, je redescends de l’escabeau et, dans un geste final, je projette la tête de maître Yoda pour lui massacrer les gonades … « ha ha … fallait pas toucher au grisbi … compris ?« . Fier d’avoir vaincu mon adversaire d’achat commercial, je laisse le gugusse allongé par terre et sans me retourner, je lui lance : « fallait pas avoir des vues sur mon Yoda … capitchi ?« .

Bon, en même temps, tout en me dirigeant vers les caisses, je me demande en moi-même si ce n’est pas le côté obscur de la force qui vient de guider mon comportement un tantinet … belliqueux … oui mais quand même, il n’y en avait qu’un seul de maître Yoda …

Arrivé aux caisses, je poireaute comme un âne en attendant mon tour dans cette file d’attente interminable … j’aime pas les files d’attente aux caisses des supermarchés. J’ai l’impression d’être un citoyen communiste aux pires heures du collectivisme imposé par le soviet suprême. Vous avez compris, en filigrane, que je ne voterai pas Mélanchon aux prochaines élections 😉

Bref, c’est mon tour, je dépose mon maître YODA sur le tapis roulant. Dans ma tête, je prépare mes arguments pour justifier cet achat aux yeux de quiconque pourrait me demander ce  que je fais avec ce jouet pour gamin. « c’est pour le p’tit, c’est son anniversaire demain … non, pas crédible … c’est pour le fils du concierge, il est fan de star wars … ha oui ça se tient … je pourrais même ajouter qu’il a 11 ans, ça renforce l’argument … bon, en même temps« . Et là, je suis interrompu dans mes pensées « HAAAAaaaargggg » c’est la caissière, elle vient de crier, surprise par maître Yoda qui avance inexorablement vers elle en la regardant avec ses yeux de chevalier Jedi.  »

Elle : « c’est à vous ? »

Moi : « bein oui »

Elle : « bein dites-donc … votre shrek … il m’a foutu la trouille ! »

Mon quoi ? Shrek ? Là, je suis tombé à la renverse. Assis par terre puisque je venais de tomber à la renverse (d’ailleurs, il faudra dire au directeur de ce magasin que son carrelage est vraiment pas confortable) … et sans bras car souvenez-vous, j’ai introduit cet article en écrivant que « les bras m’en tombent »  … j’ai pleuré toutes les larmes de corps ! Comment ? Comment pouvait-elle prendre Maître Yoda pour … Shrek ? Confondre le plus puissant des chevaliers Jedi avec … avec … un ogre vert affublé d’un âne ! Confondre 900 ans de sagesse avec … celui qui se lave les dents avec un liquide vert, qu’il tire d’une limace ?

Je crois que c’est à ce moment précis que j’ai compris qu’il était trop tard, qu’avec un tel niveau d’inculture dans la population française, le point de non retour était atteint. Jusqu’ici j’avais gardé espoir. Je me disais que ça ne pouvait pas arriver dans mon pays, en France. Non, ce n’était pas possible. Ce phénomène a déjà fait des ravages, regardez l’Angleterre … pan le Brexit ! Regardez l’Amérique … pan un Trump ! Alors je gardais espoir, convaincu que mon pays, le pays des lumières ne pouvait pas tomber dans l’inculture, l’ignorance, perdre à ce point ses repères. Et bien je m’étais trompé ! Croyez-moi quand on prend un maître Yoda pour un Shrek, c’est que le mal est là. Comme ces jours fébriles qui devancent la survenue de la grippe, la trumpisation foudroyante nous guette.

Moi je vous le dis « tout va à vélo ». Je vous le dis « tout fout le camp ! »

20161227_maitreyoda

Le texte de cet article en audiodescription pour les personnes … qui veulent pô lire😉

 

Comment les énarques nous pourrissent la vie

Je préfère prévenir d’emblée, cet article va livrer quelques réflexions peu amènes à l’encontre des titulaires d’un parchemin de l’école nationale d’administration. Oui, quand les experts des certifications professionnelles parlent diplômes, ils parlent de « parchemins ». Mais voilà un langage que nos éminences dirigeantes délaissent puisqu’il s’agit d’un langage de professionnels. Un langage d’expert. Et l’expertise, la maîtrise d’un sujet, c’est tout ce que l’énarque exècre. Et je vais vous expliquer le pourquoi à partir d’un exemple de notre vie courante : le ticket restaurant.

Quel lien, me demanderez-vous, entre mon ticket restaurant que j’utilise régulièrement dans mon Simply Market, mon Franprix ou mon super U et l’énarque qui est si loin de moi ? En lisant cet article, vous allez comprendre.

Allez, maintenant, je me fais plaisir. Voyez-vous, Coluche avait ses têtes de Turcs. En l’occurrence les flics et les sportifs. Souvenez-vous, dans un de ses sketchs il utilisait cette insulte « Hé Sportif, va ! ». Hé bien, avec cet article je vais essayer de populariser l’insulte : « Hé tête d’énarque, va ! » 😉

Ha oui, juste pour que le lecteur ne se m’éprenne pas. Je ne parle pas dans le vide, j’écris en connaissance de cause. Je connais parfaitement la fonction publique et je vis chaque jour au contact des individus qui ont été formatés par cette école.

Bon, commençons la taille du costard. Voyez-vous, jusqu’ici nous avions le mécanisme du ticket restaurant. En clair, tu n’as pas de cantine dans ton entreprise. Ou bien tu ne souhaites pas profiter du restaurant d’entreprise. Du coup, ton entreprise te permet d’accéder au ticket restaurant. Tu achètes ton ticket 3.57 euros et il a une valeur faciale de 8.93 euros. La différence, c’est ton entreprise qui la verse. Comme c’est expliqué sur le site du ticket restaurant, c’est « un avantage social massivement plébiscité par les employeurs et leurs salariés »

Mais cet avantage à tout de même quelques revers. L’administration, dans sa grande bonté, a édicté des … règles ! Hé oui, tout le monde sait que la commission européenne règle tout de notre vie : de la courbure de la banane à la texture du poil de la brosse à chiotte. Hé bien, en France, nous avons aussi nos spécialistes de la règle. Et je vous le donne en mille, Emile : ceux qui sont tout en haut de l’organigramme des rédacteurs de règles ce sont … les énarques ! Bingo poil au dos, voici le décor planté.

Bref, nous avons donc nos tickets restaurant en poche. « Quoi que c’est donc qu’on peut n’en faire ? » vous demandez-vous certainement.

ticketrestaurant

Evidemment, je peux aller au restaurant et payer l’aubergiste avec. Sous réserve évidemment que le tavernier les accepte. Mais il faut reconnaître qu’en France, c’est quasiment toutes les gargotes qui affichent le petit logo qui va bien.

Mais je peux également régler mes achats de nourriture à l’épicerie avec mon ticket restaurant. Peu importe que ce soit une grande épicerie démesurée genre « Mammouth » (spéciale dédicace à A. Jupé qui ne savait pas que Prisunic avait fait long feu) ou une épicerie de taille traditionnelle.

Je peux également faire preuve de générosité et donner mon ticket restaurant à une association pour nourrir les personnes qui en ont le plus besoin en étant certain que ma donation ira bien pour de la nourriture … dés fois que mes dons servent à engraisser les huiles d’une association … mais cela n’arrive jamais évidemment si l’on se souvient de feu monsieur Crozemarie.

Bon, grosso modo, voilà ce que je peux faire de mon ticket restaurant. Mais en disant cela, je n’ai pas donné les règles d‘utilisation. Bein oui, ce serait trop simple. Il faut quand même que nos énarques introduisent de la complexité si non, ce ne serait pas rigolo.

Par exemple, il faut pas moins de 15 articles du code du travail pour en préciser l’usage. Et je ne vous donne pas le nombre de décrets d’application.

Comme je n’aime pas avancer des éléments sans les étayer (hé oui, je ne suis pas un diffuseur de fausse information sur facebook), voici un exemple de règle :

« La consommation du repas, ou l’achat de préparations alimentaires, au règlement duquel le titre est consacré doit être effectué au cours d’une journée de travail du salarié, généralement pendant la pause accordée au salarié par le contrat de travail pour sa restauration »

En clair, tu passes à la caisse de ton prisunic (spéciale dédicace tout ça …à un candidat de la primaire à droite ho ! mais j’y pense … il a fait l’ENA lui !) à 19h00 PAF ! le caissier doit refuser car ce n’est pas ta pause accordée par ton boss. Mais comment le caissier peut le savoir, hein ? Que c’est pas ta pause casse-croûte ? hein ? Du coup le caissier il accepte car il ne va pas se prendre la tête à te demander tes horaires de travail.

Bon, vous l’avez compris c’est comme ça pour quasiment toutes les règles édictées par nos têtes d’énarque. Ces gentils gugusses qui ont fait l’école nationale d’administration. Ils ont appris à … gérer. Donc … ils gèrent … et en bons gestionnaires administratifs, ils édictent des règles inapplicables qui ne seront évidemment … pas appliquées.

Alors ça donne quoi au final ? Bein ça donne mon passage en caisse hier soir. Avec mon ticket restaurant j’ai réglé : un sachet de 3 carottes, une barquette de tomates cerise espagnoles, un bocal de sauce tartare … jusque-là tout va bien (enfin presque car ce n’est pas du plat cuisiné ou du sandwich mais bon) … et j’ai aussi réglé … un flacon de gel douche, un bidon de produit vaisselle et un p’tit père Noël qui fait bip-bip et qui clignote fabriqué en France car oui c’est bientôt Noël mais j’ai l’impression que je me suis fait avoir car à ce prix-là j’ai vraiment des doutes sur l’origine de la fabrication …

Et on fait tous ça ! C’est pour ça que ça a fini par mettre nos gentilles têtes blondes d’énarques en pétard. Je les vois d’ici « Screugneugneu de screugneugneu … ils respectent pas nos règles alors ça va barder ! »

Ici, il y avait deux possibilités :

  • Hypothèse 1 : les têtes d’énarques reconnaissent qu’ils ont pondu des règles inapplicables. Ils font amende honorable et ferment les yeux. Ou mieux, ils retirent leurs règles.
  • Hypothèse 2 : les têtes d’énarques ajoutent un étage au mille feuilles inapplicable et complexifient encore un peu plus le bouzin.

Alors ? A votre avis ? Ils ont fait quoi nos experts de la pensée unique ? Hein ?  bingo, vous avez trouvé : ils ont complexifié le bouzin. Dit autrement ils ont merdoyé encore plus.

Et c’est comme cela que nous arrive .. ta tsouinnn … la carte électronique ! Comme ça, plus de ticket papier. Vous réglez le tavernier ou le caissier de prisunic en introduisant la carte dans le lecteur. Et là, tout est contrôlé par la machine : plus moyen de payer un sachet de café car ce n’est pas du mangeable tout de suite, plus moyen d’utiliser plus de 2 tickets par jour, plus moyen de régler un dimanche parce que ce n’est pas un jour travaillé, etc … etc … rien que du bonheur quoi !

Une souplesse qui disparaît au profit d’une rigidité complexifiée du quotidien … vous venez de rentrer dans la pensée de l’énarque … créer des règles et les faire appliquer.

Par contre, pour donner mon ticket restaurant a un SDF … tintin ! Et c’est encore la solidarité qui trinque …

Pour les règles d’usage du ticket restaurant, c’est par ici : http://www.cntr.fr/V2/legislation/tr_utilisation.php

Bref, pour définir l’énarque, je vous propose cette définition : « brillants intellectuellement mais vides professionnellement ».

Le texte de cet article en audiodescription pour les personnes … qui veulent pô lire😉