Comment j’ai mangé une semelle hachée frites …

Aujourd’hui je prends un TGV en direction de l’est. Mais pas dans la nouvelle région « île d’Europe » un peu en dessous. Mais encore une fois, je ne peux pas vous donner ma destination exacte car c’est top secret défense comme on dit dans le jargon du métier.

LPP_0006_Dijon

J’arrive dans la ville de ladite gare à l’heure très tôt du matin vu que je suis parti encore plus tôt de Paris. Et très tôt, il en faut deux pour faire une table sinon … la planche … elle tombe … brrrrr…..on cogite … ha ça y est on a compris 😉

Bref, la collègue qui devait m’accueillir m’envoie un petit sms la veille pour me dire de sortir côté « passage Vincenot ». Ce sera plus facile pour te récupérer au dépose minutes. Le train arrive en gare, je descends en faisant bien attention à ne rien oublier à ma place, à l’espace entre le marchepied et le quai, à l’étiquetage de mes bagages, à ne pas boire l’eau du robinet car elle n’est pas potable, à laisser cet endroit dans le même état que celui où je l’ai trouvé, à prendre mon justificatif de voyage si je circule dans les ouagons, à passer mes appels sur la plateforme, à mettre mon téléphone portable en mode vibreur, et à ne pas mettre mes doigts dans l’encadrure de la porte car je risque de me faire pincer très fort. Ha … flûte, je me disais bien que j’avais mal enregistré les messages d’avertissement … le dernier c’est la RATP et non la SNCF … bon, je réviserai un autre jour.

Me voilà donc sur le quai, la température au sol est de 2 degrés. Ce n’est pas que j’ai un thermomètre sur moi mais que l’écran du TGV nous l’a indiqué. Et j’ajoute, pour vous aider à visualiser la scène, que l’hygrométrie doit être à 98% d’humidité avec un brouillard façon « frog », un petit vent qui vous souffle délicatement dans les oreilles, un ciel non pas de traîne mais de dégringolade façon nuages au raz du sol, bref dit autrement … un temps de « ch##@ …. ».

Je regarde à droite, à gauche, rien ! Pas d’indication. Je m’engage dans le flot des voyageurs. Je descends un escalier. En bas de l’escalier des flèches vers la droite pour accéder à la sortie, aux taxis et aux bus et des flèches vers la gauche pour accéder … à la sortie, aux taxis et au bus ! Bref … pas plus de « passage Vincenot » que de beurre en branche. Ce qui est tout à fait normal me direz-vous car je ne suis pas en Normandie mais dans une région plus à l’est si vous avez suivi mes premières phrases … pas pour le passage Vincenot … pour le beurre … cappichi ?

Je tourne … à gauche. Allez savoir pourquoi, peut-être une sorte de tropisme naturel vers le meilleurs côté. En tout cas, encore une fois, c’est une bonne décision car je perçois au loin, dans ce long tunnel, la collègue en question.

Elle : « bonjour Fabien, comment vas-tu ? »

Smouitch, smouitch … ça … c’est la bise … pas le vent, l’attouchement joue contre joue pour éviter la grosse trace de rouge à lèvre qui ferait jaser tout le quartier,

Moi : « bien, un peu matinal mais bien »

Elle : « oh oui alors tu as du partir tôt ? »

Moi : « un peu oui, 6h23 donc levé beaucoup plus tôt »

Elle : «  ha oui tout de même ça fait tôt »

Moi : « oui quand même … hein …. Hum … »

Elle : « Et à Paris quel temps fait-il ? Parce que ici hein … bon … »

Moi : « j’ai pas bien vu, il faisait nuit et …. »

Elle : « ha bein oui, la nuit … »

Bref, c’est ce qui s’appelle un échange de banalités et qui durera, tout en marchant, jusqu’à cette phrase qui va nous sortir du banal pour entrer dans le concret du réel et de l’opérationnel cher à cette grande maison : « je suis garée juste derrière la voiture de police … ». Magistral, grandiose, qui n’appelle aucun commentaire tant la précision ciselée au sabre laser a clos toute velléité de complétude. Je crois bon toutefois d’ajouter : « ha oui, le jumpy blanc … » et elle de conclure « oui le jumpy de la police »

C’est marrant comme on vient de basculer d’une scène de police façon voiture en embuscade type « sous-marin » du GIGN avec des policiers cagoulés à l’intérieur prêts à bondir sur un groupe de djihadistes mal intentionnés à une scène de la chambre des enfants jouant avec une voiture de police playmobile pleine de petits bonshommes raides comme des passes lacets avec tous la même coupe à la justin Bieber ultra gominé juste en donnant le nom de la voiture … un « Jumpy »  Je vous laisse méditer sur cette image …

Bref, je monte dans sa voiture. Elle s’installe au volant. Elle enfonce la clef dans le neiman comme Dark Vador son sabre lacer dans le ventre de l’ennemi. Elle tourne la dite clef et fait … hurler le moteur ! … ha oui … il faut que je passe une vitesse … dit-elle !

Et là, tout d’un coup, je me souviens que Sylvie est une catastrophe au volant, une sorte de martyr de l’automobile, le bourreau de la boîte de vitesse, le … pingouin de l’accélérateur … oui parce que les pingouins n’ont pas de bras, juste des palmes pour écrabouiller les pédales, le dictateur du volant … pour obliger les roues à aller où elle veut et bien entendu partout où c’est interdit comme les demi-tour en franchissant le terre-plein central qui mène à la toison d’or … bref …j’attache ma ceinture à double tour !

Vous vous souvenez de cette scène culte dans le gendarme de Saint Tropez ? Celle où une bonne sœur conduit une deux chevaux ? Oui ?, vous visualisez ? Alors dites-vous que j’ai traversé la ville avec la bonne sœur de Louis de Funes au volant d’une twingo de location ! Autant dire que devant la télé on rigole bien mais … assis à la place du mort dans une twingo … on sert l’arrière train en se disant « heureusement qu’on reste en ville … au moins la vitesse restera raisonnable … »

DeFunesBonneSoeur-2CV_001

La video

Bref, on arrive sur place. Je fais ma présentation. J’ai droit aux applaudissements comme si j’avais fait un sketch sur la scène de l’Olympia … « une autre … une autre …. une autre …. »

Et zou, on remet ça dans l’autre sens. Il faut bien que je retourne à la gare. Arrivé à proximité, elle me propose de me laisser à l’arrière de la gare car se sera plus pratique mais je devrai marcher un peu. « Où si non, je peux faire tout le tour et te déposer devant la gare … »

Moi : « non, non … pas de soucis, laisse moi vivre … heu pardon , laisse moi ici, je vais marcher pas de soucis … en plus il fait super froid, il vente et il pleut … ce sera beaucoup plus agréable de marcher un peu que de faire de la voiture  »

Allez salut, à bientôt … re Smouitch, smouitch … la bise d’au revoir … la même que celle du bonjour de ce matin mais un peu plus livide tout de même … rapport au trajet en voiture …

Me voici donc à la gare avec un peu de temps à tuer avant mon TGV pour Paris. Je tourne, retourne. J’ai froid dans ce hall de gare. Jusqu’à ce que j’aperçoive l’entrée d’un bistrot qui a l’air paisitoche … c’est la contraction de paisible et sympatoche … paisitoche quoi, ça veut bien dire ce que ça veut dire … vous pouvez tout à fait réutiliser ce terme, je le dépose ici en Open Source et en licence Creative Common : il vous suffit juste de ne pas le modifier si le contexte ne le justifie pas et de citer la source 😉

J’entre … la très jeune serveuse : « bonjour monsieur, c’est pour ? » moi : « hé bien … faire un tennis évidemment » (oups désolé, ça c’est le sketch de Bigard … ) « pour manger … c’est encore possible ? »

La très jeune serveuse : « bien sûr … installez-vous »

Moi : « à cette table … »

La très jeune serveuse : « non, celle-ci … celle juste derrière la porte qui mène dehors, vous serez en plein courant d’air, vous allez voir, c’est super sympa ! »

Moi : « heuu vraiment, je ne peux pas plutôt me mettre ici » … tout en pointant du doigt les 200 tables vides de ce restaurant d’une gare de ville de province deserte.

La très jeune serveuse : « installez-vous ici … »

Bon, je n’insiste pas, j’obtempère et je m’assois … la carte … alors voyons … hum l’embarras du choix : la carte fait 20 mètre carré et propose … 2 plats … je vais prendre votre steak hachée XXL avec des frites 

La très jeune serveuse repart avec ma commande. Un client entre par la petite porte derrière moi, le vent glacial me tombe dessus … ça tombe bien, mon coca était un peu tiède ça va le refroidir … il faut toujours voir le bon côté des choses … ha … pardon, TOC TOC …maintenant mon Coca est gelé, il est solidifié !

J’attends … j’attends …. je re-attends …. je re-re-attends toujours ….

La très jeune serveuse arrive avec mon plat : « bon appétit monsieur … je vous apporte du pain »

Je regarde mon assiette : un petit tas de frites sans sel à l’allure bien grasse, 3 feuilles de salades, une tomate cerise pour la couleur et au milieu … ce que je prends tout d’abord pour être une demi semelle sholl …

semelle-bottes-travail-6388

… se révèle être … mon steak haché XXL ! Les 2 plus grandes diagonales font 5cm par 3 cm … bon, on ne doit pas avoir les mêmes repères entre Paris et la province me dis-je. Il me semblait que XXL c’était la plus grande taille … Bref, je le soulève précautionneusement avec ma fourchette. Il est très fin mais … très rigide ! Bon ça va, il n’y a rien en dessous …

Je coupe un morc … pardon, je tente de couper un morceau … pas facile avec mon couteau et ma fourchette. Compte tenu de la texture, il me faudrait … une tronçonneuse !

Je parviens tout de même à terminer mon assiette en faisant passer le steak à grand renfort de moutarde de ladite ville de province où je me trouve:-)

Bref, j’ai mangé une s’melle hachée frites … 🙂

La très jeune serveuse revient : « Tout va bien monsieur ?»  avec un large sourire.

Moi : « Parfait, mademoiselle, c’était … parfait … » avec le même large sourire … hé oui, je sais … je ne sais pas être bougon et méchant comme la plupart des Français … même dans la pire des situations …:-))

Publicités

Le pain viking !

Vous connaissez le pain viking ? Je dois vous avouer que moi non plus … avant de rendre visite à un très célèbre et hyper médiatique centre de formation professionnelle.

Bref, aujourd’hui, je suis en visite dans ce centre de formation et j’ai la chance de croiser le, non moins célèbre, formateur en boulangerie. Alors évidemment, je le salue avec respect et je ne manque pas de lui dire que j’ai énormément apprécié son pain viking de la dernière fois … tout en regardant la collaboratrice qui m’accompagne car je lui avais promis qu’elle repartirait avec son … pain Viking 😉

Il a bien entendu compris mon allusion et nous a apporté 2 pains Viking fabriqués le jour même par les stagiaires ! vraiment trop sympathique notre formateur 🙂

LPP_0007_PainVicking

Ca … c’est mon pain viking que j’ai rapporté aujourd’hui. Et franchement ça tombe pile poil car il va accompagner à la perfection … le saumon que j’ai dans mon frigo 🙂

J’ai la solution mais ne le dites à personne ;-)

Aujourd’hui je me promène dans Paris. Mais ne me demandez pas où, je ne peux pas le dire, c’est top secret … hé oui, c’est là où on m’a transmis la solution. Je ne peux tout de même pas dévoiler ce lieux à la terre entière. Je suis sûr que vous me comprenez.

LPP_0005_BaladeParis

Je déambule donc nonchalamment, l’appareil photo à la main et l’oeil aux aguets d’une scène intéressante à mettre dans la boîte. Il fait soleil, la température n’est pas franchement agréable mais pas non plus trop PôleNoresque.

On voit de tout sur ce parvis : des vendeurs à la sauvette qui essaient de vous vendre des tours Eiffel en métal dorée. Bon, au cas où vous ne le sauriez pas, il ne faut surtout pas acheter à ces vendeurs. Ce n’est pas que leurs Tours Eiffel soient moins bien que les officielles, c’est bien souvent les mêmes. Non, c’est juste que ces vendeurs s’approvisionnent dans le quartier chinois et que leur activité alimente la mafia chinoise, la prostitution, le blanchiment et tout et tout … bref, c’est pas bien pour le PIB de la France et le redressement national.

On voit aussi des groupes de danseurs Hip Hop comme dans les années 80 : une musique envoûtante, façon 120 bpm, crachée par une grosse enceinte alimentée par une batterie de voiture et voilà 6 jeunes noirs qui se trémoussent en rythme asynchrone devant un public assis sur les marches d’un immense escalier … il faudra un jour que je fasse quelques photos pour vous montrer.

Un peu plus loin, au bord du bassin, mais trop loin de moi pour bien distinguer, une jeune femme à la tenue très … hum hum … ajustée moulée dira-t-on … se trémousse elle aussi sur un son tout aussi enivrant … se dandine dans tous les sens. Le public l’encourage … à croire que c’est bien … bon. Un jeune noir lui tourne autour avec son portable à la main tendue vers elle . Je présume qu’il la filme … avec un smartphone … pffffff il ne va quand même pas lui faire croire qu’il est un pro du « star system » avec un … smartphone et une perche à Selfie ? Bref, elle se déhanche sur la musique très cadencée. On dirait … une vieille prestation de Tina Turner (https://youtu.be/6UsFjXF0GJg) vous vous souvenez ? 😉

Bon, je n’insiste pas, je poursuis mon chemin. Et c’est là ! C’est là que je tombe nez à nez avec un … comment dire … un homme qui me tend un petit papier. Il est noir lui-aussi. Je comprends immédiatement que ce n’est pas un touriste. Car la foule qui m’entoure et se déverse le long des bassins est surtout composée de touristes asiatiques puis les touristes asiatiques ensuite les touristes asiatiques, viennent ensuite les touristes asiatiques et les touristes asiatiques suivis eux-mêmes par les touristes asiatiques qui sont devant les touristes asiatiques qui précédent la foule des touristes asiatiques et enfin derrière les touristes asiatiques on trouve, les touristes américains puis les touristes russes puis les touristes … bon, vous avez compris qui m’entoure. En même temps … je ne suis pas vraiment un touriste 🙂

Bref, je tombe nez à nez disais-je avec un petit homme noir, un tantinet mystérieux sur les bords … façon … la femme en rouge de matrix ! Et il me tend, sans rien dire, un petit papier de forme rectangulaire sur lequel sont imprimés … des caractères. Je comprends que c’est un message secret. Une sorte d’énigme comme dans le film « Da vinci code »…. tout cela commence à m’intéresser. Je me prend au jeu, je vais décoder le message !

Dingue ! C’est le professeur Mamadou en personne ! Prof Mamadou himself ! Et dire que j’ai pris le papier machinalement sans me retourner. Du coup, quand je comprends l’importance de ce message, je me retourne, espérant retrouver des yeux le petit homme noir … incroyable, il a disparu … plus personne ! je suis poussé par la marée humaine des touristes chinois qui m’entraîne et me … heuu … traîné par la foule qui s’élance
Et qui danse
Une folle farandole
Je suis emporté au loin
Et je crispe mes poings, maudissant la foule qui me vole
Le professeur Mamadou qu’elle m’avait donné
Et que je n’ai jamais retrouvé… (sur l’air de « La foule » d’Edith Piaf 😉 … comme ça vous aurez l’air dans la tête pour au moins 3 jours …

20160313_ProfesseurMamadou_001

Regardez un peu ce qu’il est capable de faire :

  • Il travaille n’importe quelle difficulté !
  • Vous manquez d’affection ? il la retrouve !
  • Vous avez du mal qui circule en vous ? Il l’enlève en 2 jours !
  • Vous êtes envoûté ? Il vous dé…sen…voûte !
  • Vous êtes nul en vente de voiture ? Il vous transforme en vendeur du mois !
  • Vous avez des soucis de puissance sexuelle ? Il fait mieux que le viagra !
  • Vous êtes la scoumoune ? il vous donne de la chance en 1 semaine ! (bon, pour une autre musique qui vous pourri bien la tête pendant 3 jour vous avez aussi le thème de la Scoumoune)
  • etc … tout, je vous dis, tout, il résout toutes les situations …

Bon allez, je file … j’appelle le professeur Mamadou de ce pas. Je vais lui demander d’instaurer la paix dans le monde. Vu ses performances, je pense qu’en 3 jours ça doit être bon. Donc mardi prochain, vous verrez, il n’y aura plus aucun fou furieux sur cette planète et tous les membres de Daesh seront place de la République en train de lire le Petit Prince de Saint Exupery, à genoux et la larme à l’oeil …

 

 

Le 23/03/2016 … pensée du soir … j’ai écrit cet article bien avant les attentas de Bruxelles. J’ai parlé de mardi comme ça, par hasard, sans pouvoir bien entendu anticiper un attentat à cette date …
Mardi soir, je participais à une remise de médailles de la formation professionnelle. L’organisateur de la cérémonie nous à demandé une minute de silence … tous debout silencieux dans cette grande salle de cinéma de Paris … c’était très fort à vivre comme instant.
Bref …. vous l’avez compris, je ne comprends pas ce qui peut pousser un Homme a tuer son prochain juste parce que’il ne partage pas son point de vue… je ne comprends pas ces « trous du cul», mais surtout ces  « trous du cul incultes » qui tuent à coups de bombes ou de kalachnikov sans se rendre compte qu’ils sont de pauvre marionnettes …

Si cet attentat pouvait réveiller les députés européens et les amener à réfléchir autrement l’Europe, ce serait au moins un mal pour un bien  …

La nouvelle grande région se cherche un nom … suite 1

Je n’y crois pas, je suis atterré et je reste sans voix. Heureusement que je suis assis … et encore, je viens de tomber de ma chaise !

Les 3 noms finalement retenus sont … ridicules ! Par rapport à mon premier article sur le sujet, ils ont réussi l’exploit de retenir les 3 noms qui se trouvaient au plus profond de mon classement.

L’article : Nom de la nouvelle grande région : les réseaux sociaux se déchaînent !

Autant vous prévenir d’avance, jamais je n’utiliserai l’un des 3 noms retenus. Pour moi, ce sera « Ile d’Europe » et rien d’autre.

Carte France 13 Regions_1200_IleEurope_002

La nouvelle grande région se cherche un nom …

Si j’en crois France3, la nouvelle grande région est sur le point de trouver son nom.

20160306_IleDeurope_001

Sur 339 propositions, il reste 16 nominés :

  • Acalie
  • Alcadie
  • Alcalie
  • Austrasia
  • Austrasie
  • Est Union
  • Estrie
  • Grand Est
  • Grand Est France
  • Ile d’Europe
  • Marches de l’Est
  • Nouvelle-Austrasie
  • Orest
  • Rhin-Champagne
  • Uniest
  • Union Grand Est

Et si voulez mon avis, j’aime beaucoup « Ile d’Europe« . Comme ça quand j’irai dans les Vosges, je ferai le voyage d’Ile de France vers l’Ile d’Europe 🙂

Mais surtout, en choisissant un nom qui sonne l’ouverture et la tolérance, à l’opposé du repli sur soi … quel joli pied de nez au Front National !!

Et par pitié, rangeons vite aux oubliettes « austrasie » et toutes ses déclinaisons, un nom venu d’outre-tombe, résurgence d’un passé moyenâgeux qui fait référence aux francs de l’époque mérovingienne … bref, le genre de nom qui n’intéresse que les tomes poussiéreux des Lagarde et Michard de 1948 … imbuvables lectures imposées par l’éducation nationale …

Allez, tous les Vosgiens, tous les Meurthe-et-mosellans et tous les Meusiens soyons unis et donnons à cette belle région un nom qui a de la gueule, un nom puissant, un nom d’ouverture … l’île d’Europe !

Mais bon … c’est juste modestement mon point de vue 🙂

Pour lire l’article de France3, c’est par ici : Le nom de la région : les 16 propositions qui restent en lice

Bon ok, je vous donne la suite de mon point de vue :

  1. « Alcalie » et toutes ses déclinaisons me fait penser … à « caddie » de supermarché … no comment … ou encore les piles … alcalines 😉
  2. « Est Union » bof, certainement proposé par un pauvre admirateur des états unis et de ses états … pathétique …
  3. « grand est » et ses déclinaisons … pffff …. vraiment raz de terre et manque d’imagination flagrant,
  4. « marches de l’est » certainement proposé  par la chaîne des magasins « Lapeyre » le roi de l’escalier …
  5. « Orest » … « Ô rage ! Ô désespoir ! Ô vieillesse ennemie ! N’ai-je donc tant vécu que pour cette infamie ? Et ne suis-je blanchi dans les travaux guerriers Que pour voir en un jour flétrir tant de lauriers ? » … Bein voyons, 1637 Corneille … la modernité quoi …
  6. « Rhin-Champagne » carrément … on oublie la Lorraine ! Sans commentaire !
  7. « Union Grand Est » certainement proposé par un amateur de trains électriques fervent expert de l’Union Pacific Railroad Company de 1862 … pas sûr que le TGV Est, traversant la nouvelle grande région d’Ouest en Est se reconnaisse dans cette vieille ligne qui nous rappelle seulement les indiens et les cowboys …

Vous voyez, il ne reste qu’une bonne réponse … île d’Europe 🙂

Je vais signer la pétition … et je vous dis pourquoi !

Vous êtes comme moi, n’est-ce pas ? Impossible d’allumer une radio aujourd’hui sans entendre un journaliste nous bassiner avec LA Pétition ! La France se mobilise et agite les réseaux sociaux pour défendre ses valeurs à l’aide … d’une pétition. Et ils sont déjà très nombreux celles et ceux qui l’ont signé.

Alors pourquoi ? Pourquoi autant de Français éprouvent le besoin de manifester leur désaccord ? C’est la question que je me pose car je ne suis pas du genre à me rallier à la cause, juste parce que les médias en ont fait une ritournelle.

Bref, je me renseigne … je lis …. je consulte … je croise les informations car il faut toujours aller chercher différentes sources … je prends connaissance du pour … du contre … et … hé bein OUI, je vais la signer cette pétition … na !

Evidemment, l’événement à fait le buzz toute la semaine, vous pensez bien. C’est donc pour cela que nous sommes si nombreux à nous lever pour défendre les valeurs et les principes de notre culture …. haaaa Grrrrrr !

Car enfin, il s’agit de l’univers professionnel que l’on malmène tout de même. Rendez-vous compte que l’on est en train de tuer l’outil de travail, hein ? Comment pourrions nous rester de marbre et ne pas tenter quelque chose, un geste aussi futile soit-il, pour sauver ce monde professionnel en pleine perdition ?

Alors je vous le dis, faites comme moi et allez vite signer la pétition ! la pétition pour … sauver Cerise ! Car OUI que fera cet agriculteur sans son outil de travail, hein ? que deviendra son environnement professionnel lorsque la mascotte du salon de l’agriculture 2016 sera transformée en steack tartare pour restaurant hippopotamus ? Et ce n’est pas parce que le monde professionnel agricole se perd dans des saccages de stand inexplicable qu’il faut cautionner l’assassinat de Cerise 🙂

 

 

 

Cerise-800x450-noPad

Signer la pétition pour sauver Cerise

Bref, heureusement que les journalistes nous informent parfaitement et qu’ils nous ont sensibilisés toute la semaine sur cette pétition pour … sauver Cerise 😉

 

*Pour ceux qui n’auraient pas vu … le « culture …. haaaa Grrrrrr » à remettre dans le bon sens :-))

Un train vaut mieux que deux tu l’auras !

Bon, elle pourrait s’enquérir du statut de 7eme « chiquenaude de bouche ». Mais elle ne l’aura pas. Hé oui, c’est comme ça, na ! Vous savez maintenant qu’une « chiquenaude de bouche » c’est comme un « coup de gueule » mais en beaucoup, beaucoup, beaucoup moins fort … bein oui, y’en a marre de ces français qui passent leur temps à tout critiquer à outrance. Mais cette fois, c’est un vrai coup de g… donc ça ne peut pas être une « chiquenaude ».

Alors voilà, vous vous en doutez, il s’agit d’une histoire SNCFesque, « rapport au titre … comme dirait Fernand Naudin dans les Tontons flingueurs« . Je pense que ça va intéresser les cheminots et anciens cheminots, lecteurs de mon blog … car je sais qu’il y en a 🙂

Bref, ce soir, j’ai cette chance suprême de pouvoir quitter le bureau un peu plus tôt que d’habitude. Hé oui, la directrice est tombée, passée par « burn out et profit » et la directrice adjointe est en congés. Oui, je sais, là vous vous dites « dites-donc … beaucoup de femmes dans cette direction« . Hé oui, et encore, je ne vous ai pas dit que nous sommes 3 chefs de département et que les 2 autres sont … des femmes. Bref, je suis le seul homme de ce CoDir pour entendre, chaque mercredi matin, ces 4 femmes se plaindre du scandale que notre institution donne la priorité … aux hommes !

(Ici normalement il y avait 4 phrases qui précisaient mon point de vue sur le sujet mais bon … je préfère le garder pour moi)

Donc, revenons à nos moutons, ou plutôt à nos trains et sa grande organisatrice devant l’Éternelle : la SNCF.

Voyez-vous, pour rentrer chez moi, j’emprunte un RER qui circule ou bien en « omnibus » ou bien en « direct ». Pour faire simple, mais je vous l’ai déjà expliqué dans un autre article, l’omnibus circule à un « train de sénateur » (ça veut dire « pas vite » dans le langage commun) et le direct circule façon « fend la bise, mord le vent » comme disent les marins vosgiens ou encore « vent du cul dans la plaine » pour les vélivolistes. Et les 2 trains se croisent dans une gare située à 3 arrêts de chez moi. Non, non, je vous rassure de suite, il n’y a pas de problème de baignoire qui se vide et de robinet qui goutte pendant que les trains se croisent … ça c’est juste à l’Education Nationale pour « tânner » les marmots du CP

Bref, les habitués du RER savent jongler avec les horaires et les types de train. Du coup, il peut être intéressant de monter dans un « omnibus » pour éviter d’attendre sur le quai au froid. De rouler tout doucement et donc, se faire rattraper par le direct. Et en l’occurrence avec mon RER, on se fait rattraper à la fameuse gare où les trains se croisent … cappiiitchi ?

ReBref, il m’arrive de monter dans l’omnibus pour être au chaud, assis et pouvoir lire plutôt que d’attendre sur le quai humide le direct. C’est ce que j’ai fait hier soir … tsouin tsouin on sent l’intrigue monter …

Rerebref, mon omnibus qui n’avance pas arrive à la fameuse gare. Je fais comme beaucoup d’autres voyageurs, je descends pour traverser le quai et monter dans le direct qui arrive … pas bête l’gars … z’avez vu 🙂

Sauf qu’hier soir, j’ai senti un truc pas net. En descendant de l’omnibus, je comprends que le train qui est sur le quai adjacent n’est pas mon direct. Pas grave me dis-je, celui à quai va partir et mon direct va arriver. Je laisse donc partir mon omnibus car je sais par expérience que cet enf###&&&… de sal####@@… de m@@@###&… de screugneugneu d’omnibus ne le dit pas, mais il va stopper à la gare d’après pour laisser passer le direct ! Je le sais car je me suis déjà fait avoir !

Donc, mon omnibus s’en va et … et … et … rien ! le train ne part pas et mon direct n’arrive pas. Mais là, je ris encore intérieurement pour les zombies restés dans l’omnibus qui doivent attendre à la gare d’après … ha ha ha les nounouilles me dis-je … ha ha ha :-))

Mouais sauf que là, ça commence vraiment à faire long me dis-je … et voilà que la femme du haut-parleur nous bredouille un message inconsistant : « gling glong tsannngggg ……. votre attention siouplait, en raison de branches sur les caténaires à hauteur ….. de …… sproutzmerainville …. le trafic est … (elle fait durer le blanc) …. est totalement interrompu ! Nos agents sont en cours d’intervention »

En clair, mon omnibus est tranquillement arrivé jusque chez moi puisque les branches sont au-delà de ma gare. Et moi, je suis sur le quai à attendre un direct qui n’arrivera jamais !

20160303_RER-EStoppéValDeFontenay Légende : cliquez sur l’image pour l’agrandir et vous lirez sur le panneau (en haut à droite) : « XIBU sans arrêt ». Et le train XIBU est … arrêté ! Logique SNCFesque 🙂

Vous avez compris, ce coup de gueule … il est pour moi ! Car avec la SNCF, un train vaut mieux que deux tu l’auras. Si t’es dans l’omnibus, restes-y plutôt que de vouloir courir la proie pour l’ombre, tu t’y casseras les dents. J’aurais donc mieux fait de rester dans mon « train de sénateur », je serais arrivé tranquillou chez moi alors que là … j’ai du prendre une autre ligne, faire 5 fois le tour de l’île de France, remonter le periph à contresens en trottinette, pagayer sur la Marne pendant 2 heures, prendre le bus noctilien N240 pour Sainte-Gariflette-les-Noix et enfin redescendre sur les gorges du Pouflon avant de pouvoir remonter sur Schproutz-la-Forêt et arriver chez moi après 12 kilomètres à pied (bon, ok, là j’ai un tantinet exagéré)